La lune

Manicore

Documentation > Effet de serre > Scientifiques > Les journalistes sont-ils de bons porte-parole des experts ?

Les média et le changement climatique : diffuser correctement l'information, mission impossible ?

dernière modification : août 2012

site de l'auteur : www.manicore.com - contacter l'auteur : jean-marc@manicore.com

 

" L'empire des journaux doit croître à mesure que les hommes s'égalisent."
Alexis de Tocqueville - De la Démocratie en Amérique, tome II, 1840.

Il est assez fréquent que, à la fin d'une conférence, on me demande comment il se fait que "on ne soit pas au courant" de ce dont je fais état, tellement cela semble énorme. L'abondance des combustibles fossiles peu chers, qui fonde toute notre civilisation moderne, pourrait prendre fin d'ici quelques décennies, et le changement climatique pourrait peser gravement sur le confort de vie - voire sur la survie - de nos (arrière-)petits enfants, et "cela ne serait pas dans le journal" : comment est-ce possible ? Bien évidemment, une fraction de l'assistance commence alors à chercher des embryons d'explication - ou des coupables possibles ! - et plusieurs suppositions reviennent très souvent dans les propos :

les scientifiques ne font pas ce qu'il faut pour que le dossier soit suffisamment vulgarisé,

les politiques ont peur de tenir le "discours vérité", et "ils savent" mais n'en disent rien.

Ce qui m'étonne le plus, ce n'est pas que ces deux affirmations soient largement infondées. Le changement climatique offre un rare exemple de tentative de transfert de connaissances organisé à une très large échelle, via le GIEC, entre le milieu scientifique et le milieu des "décideurs" (on ne peut donc pas accuser les scientifiques de ne pas "faire ce qu'il faut"), et - malgré cela, pourrait-on dire - l'immense majorité des politiques que j'ai croisés ou pour lesquels j'ai des informations de première main ne sait rien - ou pas grand chose - du dossier énergético-climatique (c'est vrai à gauche comme à droite).

Non, ce qui m'étonne le plus, c'est que les média soient très souvent oubliés quand on s'interroge sur la transmission de l'information, alors que c'est précisément leur rôle ! Car, en effet, qui a pour fonction de faire passer l'information d'une population de scientifiques et d'experts, qui fait quelques centaines de personnes pour la France, et quelques dizaines de milliers à l'échelle de la planète, à la population dans son ensemble, qui représente 100.000 fois plus, et dont les élus ne sont que les représentants, généralement pas mieux informés que la moyenne ?

Une anecdote illustrera mieux que de longs discours cet oubli fréquent des media dans la manière dont nous sommes informés. Je me rappelle avoir lu, il y a quelques années (j'ai hélas perdu la référence exacte), le résultat d'un sondage où l'on demandait aux Français à qui ils faisaient confiance pour les informer. Les ONG recueillaient 80% d'opinions positives, et la presse (ou les media, je ne sais plus), plafonnaient à 30%. Mais, me suis-je demandé à l'époque, par qui les Français sont-ils informés de la position des ONG....si ce n'est par les média ?!?! La bonne logique aurait donc voulu que ce que racontent les ONG dans les media ne soit pas crédité d'un taux de confiance supérieur à celui accordé à "la presse" en général......

***

Peut-on se passer des journalistes pour parler de changement climatique ?

Il est bien sûr possible de faire passer de l'information sur le sujet sans être directement dans le journal, et d'aucuns ne s'en privent pas :

On peut faire des conférences (cela tombe bien : j'en fais !). Supposons que je fasse une conférence par semaine (moins 6 semaines de vacances par an, quand même), pour un public moyen de 100 personnes, ce qui est à peu près le rythme actuel. A ma mort, disons dans 40 ans, j'aurai parlé en direct à 40 (ans)*46 (semaines par an)*100 (personnes par conférence) = 180.000 personnes environ, c'est à dire moins du cinquième du lectorat moyen d'un quotidien national. Il faudrait que je fasse plus de 2.000 ans de conférences pour toucher 10 millions de personnes, que le 20 heures de TF1 touche - en moyenne - tous les jours de la semaine !

Si chaque expert du changement climatique en France (admettons que je m'auto-adjuge ce titre, puisque tout le monde semble vouloir me le coller sur la bobine) fait de même, nous arriverons, sur toute la durée d'une vie, à une population touchée qui ne représente que le lectorat cumulé de quelques quotidiens pour un jour de semaine.

On peut écrire un livre. Je l'ai aussi fait ; j'en ai même écrit ou co-écrit 6, ce qui démultiplie un peu, en théorie, la diffusion directe de l'information. Toutefois la vente cumulée de ces ouvrages est de l'ordre de 90.000 exemplaires à ce jour, ce qui ne correspond pas encore à une fraction notable de la population francophone (car mes (co-)oeuvres se vendent ailleurs qu'en France, si si). Il y a en outre des lecteurs communs aux six livres, et aussi un fort recouvrement avec les gens que j'ai en face de moi lors de conférences.

Là encore, si chaque expert fait un bouquin (hélas la production est bien plus faible), nous allons atteindre 100.000 à 200.000 lecteurs au maximum (car il y a encore et toujours des recouvrements), soit moins de 0,3% de la population de notre pays : comme "diffusion large", on fera mieux.

Il est loisible de construire un site Internet, et cela aussi, j'ai essayé : on peut ! Cela amène un "lectorat" plus important que les deux moyens cités ci-dessus. En régime de croisière ma prose réticulaire voit passer un peu moins de 100.000 masochistes par mois (3 à 4000 par jour).

Statistiques de consultation de www.manicore.com de pour les 6 premiers mois de 2012.

Cela me permet donc de diffuser environ 200.000 pages par mois en moyenne, ce qui représente à peu près 1.000 "équivalent bouquin" par mois (avec un bouquin à 200 pages). Cela étant, à la différence du livre, il y a des visiteurs qui reviennent plusieurs fois par mois, et qui reviennent même d'un mois sur l'autre : la population que je touche réellement ne se monte donc sûrement pas à 100.000 francophones par mois, et même par an ce n'est pas certain.

Bien sûr je ne suis pas le seul à faire un site Internet, mais là encore on ne prête qu'aux riches : il y a très certainement un recouvrement significatif de mon "audience" avec les audiences des autres sites qui proposent de la vulgarisation sur le changement climatique.

En comparaison, environ 50% des Français de plus de 15 ans lisent régulièrement un quotidien, national ou régional (IPSOS, 2001). 4 titres dépassent les 2 millions de lecteurs quotidiens : L'Equipe (2,5 millions), Ouest France (2,2 millions), Le Monde (2,2 millions), et Le Parisien (2 millions avec la diffusion de Aujourd'hui en France). Et le journal télévisé de 20 heures de TF1 enfonce tout le monde, avec 10 millions de téléspectateurs quotidiens, devant celui de France 2 (environ 6 millions de téléspectateurs).

Il est donc évident que la grande majorité de mes concitoyens ne vont s'informer sur ce sujet, toute leur vie durant, qu'en lisant le journal, en écoutant la radio, ou en regardant la télévision. En d'autres termes, l'essentiel des électeurs français (et cette conclusion peut probablement s'appliquer à l'ensemble des habitants de la planète) n'aura jamais rien d'autre, comme information sur le changement climatique et l'énergie, que ce que les journalistes en charge de ce sujet dans les divers media auront souhaité - ou pu - leur dire.

Qui s'intéresse à la diffusion large de l'information doit donc se demander, avant tout, si les journalistes font correctement la synthèse des éléments disponibles. Ont-ils pris le temps (ou ont-ils eu le temps) de bien comprendre ce qui leur est expliqué ? Nous présentent-ils les faits, ou leur conclusion personnelle à partir de ce qu'ils en ont compris ? Si c'est une conclusion qu'ils nous proposent (ce qui est en fait très souvent le cas), cette dernière est-elle basée sur une investigation suffisamment approfondie, ou bien se base-t-elle sur une information partielle, voire sur quelques slogans de-ci de-là ? Comment savoir, vu de l'extérieur, dans quelles conditions s'est faite l'élaboration de l'information ? Et enfin, quand le sujet traité comporte un volet technique important (ce qui, en matière d'énergie et de changement climatique, est assurément le cas !), la formation - ou la culture - de nos amis des media leur permet-elle d'être à l'aise dans la manipulation des informations qu'ils ont à traiter ?

Je n'ai bien sûr pas la prétention d'apporter une réponse définitive à toutes ces questions, et ici comme ailleurs il faut se garder de faire de son expérience personnelle une généralité. En outre le problème étant mondial, il serait logique que je cherche à obtenir des réponses à ces questions (sur la qualité du travail des journalistes) à l'échelle de la planète, et cela ne m'est pas possible. Les quelques éléments de réflexion qui figurent ci-dessous, tirés de ma maigre expérience personnelle, valent ce qu'ils valent pour tenter de faire comprendre les multiples limites de l'exercice en ce qui concerne la vulgarisation du dossier du changement climatique.

***

 

Quelques généralités sur le fonctionnement d'un média

La première chose qu'il faut savoir est qu'une rédaction de média - cela vaut pour la télévision comme pour le journal - est avant tout un énorme centre de tri. Une rédaction reçoit quotidiennement beaucoup plus d'informations qu'elle ne peut en traiter (donc en synthétiser), sans même parler de ce qu'elle peut en diffuser, et de ce qu'il "faudrait qu'elle sache" sans avoir le temps - ou l'envie - d'aller l'apprendre (cela vaut particulièrement pour les sujets techniques). Chaque jour, lui parviennent plusieurs centaines - voire milliers - de dépêches d'agence de presse, de communiqués de presse, d'appels de personnes "ayant quelque chose à dire", de lettres ou messages de lecteurs, d'articles de confrères, etc.

A partir de ce flot incessant, la rédaction doit choisir de quels sujets se composera l'édition du jour (ou de la semaine, ou du mois), et de quels sujets elle ne parlera pas (mais doit-on nécessairement parler de censure, quand la raison essentielle est une multiplicité de manques : d'espace, de temps, de compétences ?), l'espace accordé à chaque information évoquée, les personnes qui seront interrogées, ce qui sera retenu de leurs propos, les images qui serviront si c'est à la télévision, les individus qui seront autorisés à publier une tribune ou pas (un journal reçoit de 5 à 20 fois plus de propositions de tribune qu'il n'en publie), et, si c'est une interview, c'est encore la rédaction qui choisit le titre et les phrases mises en exergue.

Il faut savoir, en particulier, qu'une interview n'est malheureusement pas la garantie d'une information délivrée directement "du producteur au consommateur". En effet, lors d'une interview le (la) journaliste recueille souvent bien plus d'informations qu'il ne sera possible d'en diffuser. C'est alors le (la) journaliste qui a réalisé l'interview qui décidera - de manière souveraine - de la version finale de la rédaction d'un entretien. Il y a bien sûr des journalistes (j'en connais) qui mettent un point d'honneur à faire relire leur transcription, et à ne plus changer une virgule une fois que l'interviewé a validé un texte, mais le cas inverse (texte non soumis à l'accord de l'interviewé, ou remanié en dernière minute sans accord de l'intéressé) se rencontre fréquemment, et, "vu de l'extérieur", le lecteur n'a aucun moyen de savoir si les propos rapportés sont exactement ceux de l'interviewé, ou si ils ont subi une déformation plus ou moins importante lors de la transcription.

Et lors d'une interview pour la radio ou la télévision (journal ou reportage), cette "relecture" n'existe pas, et c'est le (la) journaliste qui décidera seul(e) de ce qui passera à l'antenne. Le téléspectateur - ou l'auditeur - n'a aucun moyen de savoir si cette partie de l'interview qui passera à la radio ou à la télévision représente 2% ou 80% de ce que la personne interrogée a dit devant le micro ou devant la caméra, et le téléspectateur ne sait pas plus comment s'est faite la sélection lorsque l'interviewé a parlé pendant 30 minutes pour 30 secondes qui passeront à l'antenne. Et il faut savoir que quand on sort un petit extrait d'autant de matière première, il n'y a rien de plus facile que de faire dire tout et son contraire à n'importe qui selon la partie s'électionnée et le montage fait.

Avant même d'avoir regardé plus en détail comment se présente la situation dans le cadre particulier du changement climatique, une première conclusion s'impose : la seule existence d'un tri très important - mais inévitable - des informations comporte des effets pervers, tout aussi importants, et tout aussi inévitables. Ainsi, les éléments repris peuvent ne pas représenter grand-chose par rapport à l'information disponible, ils peuvent contenir des contre-vérités, reprises faute de temps pour les détecter, ou simplement parce que la personne qui s'exprime "a une bonne tête", ils peuvent présenter comme essentiels des faits accessoires, ou au contraire ne contenir aucune information sur des points factuellement très importants, etc.

***

 

Le dossier du changement climatique est-il simple ?

Soyons sérieux : bien sûr que non. Si nous essayons de donner un premier aperçu de ce qu'il y a dans ce fameux "dossier du changement climatique", nous allons y trouver :

des informations sur les processus physiques qui gouvernent le climat, et sur la perturbation que l'homme lui apporte,

des informations sur les risques liés au changement climatique à venir (à ne pas confondre avec les conséquences déjà observables),

des informations sur les activités qui sont à l'origine des émissions de gaz à effet de serre, et donc sur les usages de l'énergie et les pratiques agricoles,

de multiples points de vue sur les éléments de solution qui s'offrent à nous : économies d'énergie, "dématérialisation", décroissance matérielle, nucléaire, renouvelables, etc,

des réflexions sur la "bonne manière" de s'organiser pour faire baisser volontairement les émissions : accords internationaux, information du consommateur, adaptation possible de la fiscalité, du système de transports, de l'agriculture, réglementations plus ou moins contraignantes pour l'industriel ou le consommateur, etc,

Tout cela commence à faire beaucoup ! Et en outre quelques difficultés supplémentaires sont à surmonter pour nos amis des media :

pour le dossier scientifique, une large partie des informations publiées sont en anglais, et je ne connais pas l'aisance du journaliste moyen dans cette langue....

il y a une part importante de vérité scientifique dans la manière de poser le problème (il n'existe pas deux vérités sur les bandes d'absorption dans l'infrarouge du dioxyde de carbone, sur la capacité calorifique de l'eau, ou sur les lois de la mécanique des fluides), mais par contre il n'existe aucune "vérité scientifique" concernant les solutions, ces dernières mélangeant possibilités physiques, faisabilité technique, et surtout acceptabilité sociale (et dans ce dernier domaine il n'existe aucune "vérité scientifique", c'est sûr !),

il n'existe quasiment pas de scientifique ayant une vue transversale du problème, car un chercheur est généralement très spécialisé sur une question donnée. Ainsi, si un journaliste demande à un chercheur, qui travaille sur la modélisation du climat, des éléments sur les processus physiques qui façonnent la machine climatique, ou sur leur plus ou moins bonne représentation dans les modèles, il aura une réponse. Mais s'il poursuit ses questions en demandant quelles pourraient être les conséquences d'une élévation de 3 degrés en moyenne sur l'agriculture, ou si le nucléaire est une bonne idée, le chercheur en question deviendra beaucoup moins bavard, parce que cela ne rentrera plus dans son domaine professionnel direct, voire touchera à un débat de société sur lequel il ne souhaitera pas se prononcer publiquement.

Inversement, l'agronome qui a une idée de la manière dont les végétaux réagissent à tel ou tel type d'agression ne sera généralement pas le plus grand spécialiste de l'évolution future du climat, et ne connaitra pas nécessairement les informations sur la disponibilité future en énergie, qui conditionne la possibilité d'utiliser des machines ou des engrais de synthèse, etc. Avoir une vue transversale nécessite donc de piocher dans plusieurs dizaines de spécialités diverses, ce qu'un scientifique d'un domaine particulier n'a pas nécessairement le temps de faire (mais il ne saurait être question de le leur reprocher : ils ne sont pas payés pour cela). De ce fait, un(e) journaliste doit comprendre quel type de chercheur est plus particulièrement concerné par quel type de questions, et il n'est pas toujours facile pour eux d'y parvenir.

Toutes ces difficultés sont finalement assez bien représentées si nous examinons d'un peu près la production du GIEC (voir ce qu'est le GIEC sur une autre page). Tous les 5 ans environ, ledit GIEC produit un rapport de synthèse en 3 tomes, qui présente l'état des connaissances concernant l'influence de l'homme sur le climat (tome 1), les impacts possibles du changement climatique (tome 2), et les possibilités d'atténuation du changement climatique induit par l'homme (tome 3).

Ce rapport ne fait que synthétiser ce qui a été publié dans la littérature spécialisée des années écoulées, pour en dégager les grandes lignes (voir la description du processus sur une autre page). Plus précisément, le tome 1 (la science du changement climatique), qui fait 650 pages pour l'ensemble des 12 chapitres, résume environ 70.000 pages de publications scientifiques diverses (estimation personnelle sur la base de 15 pages par référence citée), c'est-à-dire qu'entre ce qui est publié dans la littérature scientifique et ce qui est écrit dans ce rapport, il a déjà fallu compresser l'information par un facteur 100 !

Le tome 2, qui traite des impacts et risques possibles du changement climatique, est, de ce point de vue, logé à la même enseigne : il résume, en un peu plus de 700 pages environ, de l'ordre de 100.000 pages de publications scientifiques passées. Le tome 3, enfin, qui disserte sur les possibilités d'atténuation du changement climatique, est un peu moins épais, mais nous retrouvons les mêmes ordres de grandeur en ce qui concerne le rapport entre "information initiale" et "information résumée".

Tome

Nombre de pages

Nombre de pages des références citées (estimation personnelle)

"Taux de compression"
Tome 1 du rapport 2001 du GIEC : the science of climate change

645

71 150

110

Tome 2 du rapport 2001 du GIEC : impacts, adaptation, and vulnerability

724

102 100

141

Tome 3 du rapport 2001 du GIEC : Mitigation

563

42 300

75

Ensemble du rapport

1 932

216 000

112

Avant même d'avoir parlé en détail de la mécanique des traités internationaux, des multiples manières de faire moins d'émissions à titre individuel, du "contenu en carbone" de ceci ou cela, du nucléaire, et j'en passe, nous voici donc avec 2000 pages en anglais, synthétisant plus de 200.000 pages de littérature spécialisée, où il n'est essentiellement question que de physique, de chimie, de biologie, et, dans le 3è tome, d'économie.

Bien entendu, pas un journaliste de la presse grand public n'a lu ce rapport complet en entier (et pas un personnage politique de haut niveau en France, et probablement pas plus dans les autres pays occidentaux), ni même une fraction significative d'icelui. A leur décharge, cette lecture - il s'agit de littérature très technique - serait de toute façon très ardue pour l'immense majorité des journalistes français, qui est de formation littéraire (voir plus bas).

Pour tenter de pallier ce problème, le GIEC publie avec chaque rapport un "résumé pour décideurs", qui est lui disponible en français, et qui lui a été lu par un nombre non nul de journalistes (mais je ne jurerai pas que cela dépasse les doigts de quelques mains en France !). Comme ces résumés (un par tome) ne font que 15 à 20 pages (selon le tome), et ne représentent donc que 1 / 4.000ème de l'information contenue dans les publications scientifiques ou techniques prises en considération, ces documents ont fait l'objet de critiques dans le passé, parce qu'ils ne permettent pas de restituer toutes les nuances. Vu le "taux de compression" appliqué, c'est un peu obligé ! L'autre solution, ce serait que chaque "décideur" (et en particulier chaque journaliste) prenne le temps de lire les rapports complets....

Enfin la dernière difficulté à surmonter est qu'il n'est pas facile pour un journaliste de comprendre la nature - et la portée - fort différente de chaque tome :

les deux premiers tomes de ce rapport concernent de la science dure (premier tome), ou "semi-molle" (deuxième tome, qui traite d'écologie - au sens scientifique : étude des écosystèmes, de médecine, de biologie, etc), et surtout restent confinés à l'énoncé du problème,

le troisème tome ("mitigation") est de nature très différente : parcourant les évolutions et solutions possibles, il n'évite pas toujours l'écueil qui consiste à bien distinguer projection de prévision, ou encore bien séparer la possibilité physique ou technique d'une solution de son acceptabilité sociale ou économique (étant entendu qu'acceptabilité sociale et acceptabilité économique sont parfois un peu deux manières de poser la même question). On sent qu'il a partiellement été rédigé par des économistes n'ayant pas d'expertise technique poussée sur les sujets évoqués (c'est du moins l'impression que j'ai retirée de la lecture des chapitres concernant les sources d'énergie "sans carbone").

Avant d'expliquer combien nos plumitifs sont des menteurs incompétents, il faut donc bien garder en mémoire que l'exercice qui leur est demandé n'est vraiment pas simple. Finissons ce tour des difficultés avec le fait que l'information est très souvent à mettre en forme du jour pour le lendemain, quand ce n'est pas pour le jour même : la majorité des journalistes qui me contactent et qui travaillent dans un support à parution quotidienne ont besoin de l'information "tout de suite", et parfois l'information qui passera dans le journal ou à la radio n'est pas la meilleure possible, mais tout simplement celle qui était disponible à ce moment-là....

***

 

D'où viennent les journalistes (qui parlent éventuellement de changement climatique) ?

La France comptait, en 2003, environ 35.000 journalistes titulaires d'une carte de presse. Je n'ai pas de données sur la formation initiale de tous les journalistes en activité, mais un laboratoire du CNRS a mené en 2000 un travail d'investigation sur la répartition par filière de formation d'un large échantillon des "nouveaux entrants" pour 1990 et 1998, c'est-à-dire des journalistes qui ont obtenu leur carte de presse ces deux années-là.

Répartition par filière d'origine d'un échantillon des nouveaux titulaires de la carte de presse en 1990 (430 personnes) et en 1998 (380 personnes).

Les filières littéraires désignent les études de Langues, Lettres, Philisophie, Histoire, Géographie, Arts.

Les filières "économie-gestion et assimilés" désignent les études de Commerce, Droit, Economie, Sciences Politiques et Sciences Sociales.

Source : Devenir journalistes, Denis Ruellan & al., La Documentation Française, 2001 (réalisé par l'UMR 6051 du CNRS).

En complément de cette première information, qui est que les journalistes font dans l'immense majorité des études non scientifiques et non techniques, il faut savoir que les débouchés essentiels des profils scientifiques et techniques sont les media spécialisés grand public ou professionnels (journaux de vulgarisation scientifique, informatiques, médicaux, etc).

En clair, les "grands" media nationaux d'information générale, tant écrits qu'audiovisuels, ne comportent quasiment que des journalistes ayant suivi des études littéraires ou économiques pour traiter du changement climatique, où les données scientifiques et techniques sont omniprésentes. Entendons nous bien : rappeler que les journalistes n'ont pas fait d'études scientifiques ne correspond pas à une quelconque volonté de les dénigrer (je serais très mal à l'aise si je devais tenir, demain matin, une rubrique de commentaires des arrêts de la Cour de cassation, ou une rubrique sur l'histoire de la Chine médiévale !), mais le lecteur "a le droit de savoir" que celui ou celle qui est en charge de la transmission de l'information doit souvent manipuler des notions qu'il n'a que très peu abordées pendant ses études, et que ce fait objectif, combiné à des délais de réalisation souvent très courts, est assurément un handicap pour proposer une vue synthétique de la question.

***

 

Quels journalistes parlent de changement climatique ?

Très souvent, un journal est organisé comme un gouvernement : les sujets sont affectés par rubrique, exactement comme les problèmes sont affectés par ministère dans un gouvernement, et les journalistes des autres rubriques s'intéressent peu ou pas à la question. On retrouve ainsi dans les média le même cloisonnement que dans un gouvernement, avec un traitement sectoriel de l'information qui gêne, tout autant que dans un gouvernement, une approche transversale des problèmes, qui est nécessaire pour bien comprendre les relations de cause à effet.

En effet, avoir une bonne vision du problème du changement climatique - et des usages de l'énergie - nécessite de comprendre des interactions en très grand nombre (relations entre alimentation et effet de serre, entre transports et effet de serre, entre croissance économique et effet de serre, et même entre assèchement de la rive Sud de la Méditerranée et mouvements migratoires !). Dans la pratique, ces interactions auront du mal à être couvertes par les media, car elles ne "rentrent" pas facilement dans les rubriques qui concentreront l'essentiel des informations sur le changement climatique :

la rubrique environnement,

la rubrique "sciences",

la rubrique "international" (pour les négociations entre pays).

Les autres rubriques sont en effet très largement absentes dans le traitement de l'information. Par exemple, tout le monde (enfin presque tout le monde !) sait désormais que le transport est une source de gaz à effet de serre. Pourtant, les articles que l'on voit passer sur la construction d'une nouvelle voie routière, d'un nouvel aéroport, de la montée en cadence d'une production automobile, de l'entrée de Renault sur le marché des 4x4, de la production de l'A380, et j'en passe, qui sont traités par des journalistes chargés des transports, de l'industrie des moyens de transports, ou des actualités régionales, sont généralement totalement muets sur les conséquences de l'information principale sur les émissions de gaz à effet de serre, et donc sur le problème climatique.

Il est également rarissime de voir ce sujet apparaître dans la rubrique "économie" (alors qu'il y a un lien !), et quand c'est le cas cela concerne le plus souvent l'affirmation de bêtises (comme : lutter contre le changement climatique est "mauvais pour l'économie"), dans les diverses rubriques qui traitent des diverses facettes de la consommation (quel critique gastronomique s'aventurera à déconseiller de manger du boeuf au motif que c'est un des aliments les plus riches en "émissions incluses" , ou quel journaliste TV rappellera systématique les émissions incluses dans le transport aérien à l'occasion des reportages sur les Jeux Olympiques ?), ou encore dans la rubrique "politique" (qui s'interroge sur les conséquences de chaque promesse électorale sur les émissions de gaz à effet de serre ?), qui sont pourtant toutes concernées au premier chef si l'on regarde les choses d'un peu près.

Ce cloisonnement aboutit assez facilement à un traitement incohérent de l'information, le journaliste en charge du secteur A pouvant très bien dire l'inverse du journaliste en charge du secteur B, le lecteur étant chargé de recoller les morceaux comme il le peut (quand on trouve des conclusions qui disent tout et son contraire, doit-on parler d'information ou de désinformation ?). Plutôt que de me livrer à une longue dissertation, je reproduis ci-dessous un message envoyé au directeur du Monde le 25 janvier de l'an de grâce 2004, et qui illustrera parfaitement le fond de ma pensée (je précise à toutes fins utiles que je n'ai pas eu de réponse, mais ce n'est pas pour cela que je le reproduis !).

Cher directeur du journal Le Monde,

Périodiquement, votre journal s'émeut (...) du manque de volonté de notre espèce de lutter contre un réchauffement climatique annoncé, qui pourrait amener notre planète à connaître l'équivalent d'un changement d'ère climatique en 1 ou 2 siècles, conduisant alors à une évolution environnementale sans précédent depuis que notre espèce existe.

Tout aussi périodiquement, votre journal expose combien sont désirables les voitures de plus de 200 chevaux (une pleine page dans le Monde daté de ce Dimanche ; de grandes louanges sur la Porsche de je ne sais plus quoi il y a quelques semaines, etc), ou les voyages sous les tropiques (un supplément de 8 ou 9 pages que je n'ai pas gardé il y a 1 ou 2 (?) mois), toutes choses parfaitement incompatibles avec la nécessaire division par 4 des émissions en France si nous voulons arriver à un début de solution à ce problème. Il ne s'agit pas de morale, mais de physique. (...)

Certes ces pages déplorant les conséquences pendant que nous adorons les causes sont réalisées par des journalistes différents, mais elles seront lues par le même lecteur. Ne croyez vous pas qu'il serait temps de mettre votre rédaction d'accord avec elle-même, afin de cesser d'entretenir la schizophrénie du vulgum pecus, ce qui, pour un journal "de référence", ne devrait pas faire partie du cahier des charges ? (...)

J'aurais pu ajouter que très souvent la publicité véhicule un message parfaitement antagoniste avec les propos tenus ailleurs ou à un autre moment. Pour prendre un exemple en dehors du champ climatique, mais qui aidera à bien comprendre, on peut très bien avoir, à la télévision ou à la radio, une ribambelle de publicités pour des sucreries juste après un documentaire sur l'obésité ! Comprenne alors qui peut....

***

 

Combien de journalistes parlent de changement climatique ?

A mon avis, trop peu ! Nous allons voir qu'en fait le traitement de l'information est extraordinairement concentré : en matière de changement climatique, comme pour tout autre sujet, quelques dizaines à quelques centaines de personnes "font l'information" en France.

Comme nous l'avons vu plus haut, il y a en France environ 35.000 journalistes, mais tous ne vont pas parler de changement climatique, bien sûr.

Effectifs des journalistes par media en 2000 (30.325 journalistes concernés par l'enquête).

La presse thématique grand public désigne les magazines féminins, les programmes de télévision, les magazines sur le sport, les voitures, la micro-informatique, etc. La presse professionnelle concerne les journaux s'adressant aux représentants d'une profession donnée (des viticulteurs, des plasturgistes, des transporteurs...). Les News magazines sont les magazines hebdomadaires ou mensuels d'information générale (Express, Nouvel Obs, etc).

Source : Les journalistes français à l'aube de l'an 2000, profils et parcours, Devillard & al., Editions Panthéon Assas.

Sur cet ensemble, environ un quart des journalistes seulement vont travailler dans un support grand public qui va parler un peu fréquemment de changement climatique : agences mondiales, radios nationales, télévisions nationales, news magazines, quotidiens nationaux, et quelques magazines spécialisés (type Science et Vie). Il faut rajouter quelques journalistes suivant un peu la question dans des quotidiens régionaux, mais ils doivent se compter sur les doigts de pas beaucoup de mains, et pour le reste, le changement climatique ce n'est généralement pas vraiment la tasse de thé des magazines féminins (ni masculins !), des programmes de TV, des revues de jardinage, ou même des magazines automobiles....

Si j'en juge par les media d'information générale que je connais, un bon ordre de grandeur est de dire que la rédaction comporte 1 à 3 journalistes en charge des problèmes d'environnement, éventuellement un ou deux journalistes en charge des sciences, et que là s'arrête le gros de l'équipe qui traite du changement climatique. Comme une équipe de rédaction comporte en général quelques dizaines de journalistes, nous avons donc 5% de l'équipe qui, en ordre de grandeur, s'intéresse au sujet. Un tel pourcentage, appliqué à nos 6.850 journalistes ci-dessus, donne un effectif d'environ 350 journalistes qui en parlent plus souvent que les autres.

Mais 350 journalistes, ce n'est pas 350 points de vue indépendants : n'avez vous point remarqué que tous les journaux abordent les mêmes sujets d'actualité en même temps ? En effet, à l'exception - parfois - des grands media nationaux, les autres supports d'information générale (quotidiens régionaux, notamment) reçoivent souvent l'actualité "non locale" par le biais d'une agence d'information (AFP, Reuters, AP..), en recevant le même dossier de presse envoyé simultanément à toutes les rédactions, ou.... en lisant un autre journal. Ainsi, il n'est pas rare de voir un article dans la presse régionale qui est la copie conforme, à la virgule près, de la dépêche AFP du jour même, ou de la veille, tout comme il n'est pas rare de voir des articles dans plusieurs journaux qui sont assez proches de la recopie de ce qui est contenu dans le dossier de presse diffusé par l'émetteur de l'information. Or citer une agence de presse, c'est citer un autre journaliste : par définition même, c'est de l'information de seconde main.

Il n'est pas rare non plus de voir les media se citer les uns les autres, ce qui rajoute une étape dans la transmission de l'information, et chacun d'entre nous qui a joué au "téléphone arabe" sait qu'après 3 ou 4 intermédiaires l'information à l'arrivée est parfois un peu différente de ce qu'elle était au départ ! Dans le même ordre d'idées, il n'est pas rare de lire un livre dans lequel l'auteur cite un media, de telle sorte que si ledit livre est après cité par "le journal", cela revient, via un crochet par l'auteur du livre, au cas précédent : c'est le journal qui cite un de ses confrères, et nous avons donc deux points de vue qui sont liés l'un à l'autre.

En conclusion, nous pouvons dire qu'il y a, en France, de l'ordre de 300 journalistes pour lesquels le changement climatique fait partie de "l'environnement habituel", soit 1% des journalistes travaillant dans le pays, et qu'en outre seule une fraction de ceux-ci - que je ne connais pas - a un accès direct à une information primaire, les autres citant leurs confrères.

***

 

La presse est-elle vraiment indépendante ?

Posez la question à n'importe quel journaliste, et je ne suis pas sûr que vous obtiendrez la même réponse que ci-dessous ! Bien sûr que non, la presse n'est pas indépendante, et cela a aussi une incidence sur le traitement de l'information qu'elle effectue :

un(e) journaliste n'est pas indépendant(e) de l'espace qui lui est laissé pour s'exprimer, ou réaliser un entretien, ou accorder des tribunes. Sur Internet (comme par exemple sur ce site), ma pagination ne m'est pas comptée : le seul frein est l'indigestion du lecteur, ou mon inspiration défaillante. Mais quand on donne un quart de page à un journaliste, et pas une ligne de plus, ou 30 secondes d'antenne, et pas une de plus, cela conditionne assurément l'information qui peut être contenue. En particulier, cette parcimonie dans l'espace disponible pousse très fortement à être manichéen (les choses sont bien ou mal, propres ou sales, etc, et la nuance a du mal à s'exprimer) : peut-on considérer que l'on est "indépendant" quand on est forcé de proposer une conclusion réductrice par manque de place, même quand on a fait l'effort de se documenter en profondeur ?

Cette même contrainte de place fait que, lorsqu'une bêtise a été exposée dans le journal en 7654 caractères, il n'est jamais possible de disposer de 7654 caractères pour publier un article rectificatif, de telle sorte que tout le monde gardera en mémoire la bêtise initiale, sauf à avoir aperçu le petit rectificatif publié 3 jours après dans un coin. Et encore il n'est pas possible de publier un rectificatif par conclusion erronée !

un(e) journaliste n'est pas indépendant(e) du délai dont il dispose pour rendre sa copie. Lorsque ladite copie est à rendre du jour pour le soir même, cela prédispose, sauf à être un expert très pointu du sujet (et même...), à dire de grosses bêtises : cela peut priver de sources d'informations utiles (par exemple des experts qui ne sont pas disponibles dans la minute) ; cela empêche de se documenter de manière approfondie ou de se faire expliquer ce que l'on a pas compris ; cela peut pousser à considérer comme essentiels les seuls aspects sur lesquels on a eu le temps de se pencher, etc.

un(e) journaliste n'est pas indépendant(e) de sa régie publicitaire : on peut dire ce que l'on veut, il y a bien évidemment une limite à la possibilité de mordre la main qui vous nourrit.

Montant des recettes par nature (en millions d'euros, axe vertical) pour différentes catégories de média. On voit que la publicité représente au moins la moitié des revenus pour la majorité des supports d'information les plus influents (même pour la télévision dite publique !), à l'exception de France 3 pour qui elle n'en représente "que" 30% en volume.

Je n'ai malheureusement pas les chiffres pour les radios publiques (les radios privées, ce n'est pas dur : elles n'ont à peu près que la publicité comme recettes !).

Source SJTI (cité dans "Les journalistes français à l'aube de l'an 2000, profils et parcours", Devillard & al., Editions Panthéon Assas.) ; année de référence 1998 pour la presse écrite et 1999 pour la télévision.

Il y a deux conclusions à tirer du fait que la publicité représente plus de 50% des recettes de l'essentiel des supports majeurs d'information.

Les recettes publicitaires étant proportionnelles à l'audience, et tout directeur de média cherchant à conserver ses recettes publicitaires, un media est donc obligé d'avoir une ligne éditoriale qui plaise à son audience (déjà Tocqueville le disait, visionnaire s'il en était !). Peut-on être "indépendant" quand, en première approximation, on ne peut pas souvent dire des choses qui déplaisent au lectorat, même si on a envie de les dire ? Or des choses qui déplaisent potentiellement au lectorat, quand les solutions au changement climatique s'appellent moins conduire, moins utiliser d'énergie pour se chauffer, moins aller en avion sous les tropiques, moins manger de viande, et moins acheter tout ce qui vous passe à portée de la main, il y en a pléthore !

Le changement climatique étant donc, d'une certaine manière, une scorie de la consommation moderne, souhaiter une action résolue contre cette évolution revient pour partie à remettre en cause l'augmentation de la consommation matérielle encouragée par la publicité. Dans quelle mesure est-il possible de livrer cette conclusion à répétition dans un support qui vit pour une large part avec l'argent des hypermarchés, des fabriquants de plats surgelés, des transporteurs aériens et des constructeurs d'automobiles ? Bien des personnes ont également en tête cette citation de Patrick Le Lay, PDG de TF1, contenue dans le livre "Les dirigeants face au changement" (Editions du Huitième jour) : "Nos émissions ont pour vocation de rendre [le cerveau humain] disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages [publicitaires]." Je dispose également de témoignages de première main attestant de l'influence très forte d'une régie publicitaire sur ce que l'on peut dire et ne pas dire dans un média. Peut-on encore parler d'indépendance, alors ?

A ce propos, il me semble que le principe "charité bien ordonnée etc", appliqué à la transparence que les media réclament souvent pour les autres, devrait conduire ledits media à exposer clairement qui les paye exactement. Ainsi, je trouverais normal que tous les supports pour lesquels la publicité fournit plus du tiers des recettes totales publient annuellement, de manière visible dans leur rapport annuel, les noms des 20 plus gros contributeurs à leur budget publicitaire. On pourrait ainsi se faire une parfaite idée de l'indépendance de la ligne éditoriale lorsque le sujet touche peu ou prou le domaine des annonceurs. Et si on est vraiment indépendant, qu'a-t-on à craindre - et de qui - à le faire ?

un(e) journaliste n'est pas indépendant(e) de sa formation.

Quitte à remettre les pieds dans le plat, un diplôme de philo ou de français, cela n'aide pas à être à l'aise avec les ordres de grandeur (cela n'interdit pas de l'être, mais n'offre aucune garantie). Or le Diable, dans cette affaire, se cache dans les chiffres : si on peut remplacer tout le pétrole et tout le nucléaire avec 3 éoliennes, c'est bien évident que la conclusion n'est pas la même que s'il en faut plusieurs millions pour parvenir au même résultat.

Dans le même ordre d'idées, quand un(e) journaliste n'a pas de formation technique préalable sur un sujet donné, et donc qu'il ne sait pas "où est la vérité" (sur le plan technique s'entend), son inclinaison naturelle sera de faire comme un juge : il interrogera chaque camp en présence, et sera fort tenté de faire un papier présentant chaque opinion comme une possibilité réelle, alors que si cela se trouve l'une des deux opinions est incompatible avec le monde tel qu'il existe.

Un autre effet induit de cette manière de procéder est que, si la même place est laissée à chaque point de vue, le lecteur pensera, "vu de l'extérieur", que les deux camps en présence sont numériquement équivalents, et qu'ils sont également qualifiés pour se prononcer sur la question, alors que cela ne peut très bien ne pas être le cas "vu de l'intérieur" (et de fait c'est exactement ce qui se passe pour le changement climatique).

Peut-on dire que notre journaliste est "indépendant(e)" s'il met involontairement en avant des thèses improbables, ou présente involontairement comme légitimes des gens qui ne le sont pas, ou vaudrait-il mieux dire qu'il était parfaitement dépendant de son absence de connaissances préalables ?

un(e) journaliste n'est pas indépendant(e) de ses opinions. Ces opinions n'ont pas plus de raisons d'avoir été forgées sur la base d'une information objective que les opinions de n'importe qui d'autre : avant d'être journaliste, notre ami(e) s'informait comme son futur public : en lisant le journal ! Et même pendant l'exercice de leur métier, une large fraction des journalistes continue à s'informer en lisant le journal.....

L'existence d'opinions personnelles du journaliste influence nécessairement l'inévitable tri dans les informations connues, la sélection des individus à qui l'on donne la parole, ou encore la pagination qui sera modulée en fonction de sa propre hiérarchie, pour privilégier - plus ou moins consciemment - son point de vue. Le nucléaire offre un merveilleux terrain pour observer ce genre de comportement : 20 morts dans une explosion de raffinerie en Algérie ou un coup de grisou en Chine feront une brève dans un coin de page, alors qu'un accident de centrale nucléaire sans même un blessé (Three Miles Island) occupera des dizaines de unes et mobilisera les esprits pendant des mois ou des années. De même, tout le monde est au courant que l'Allemagne a décidé - par un simple vote au parlement - de "sortir du nucléaire", mais qui est au courant que les Suisses, par référendum populaire (ce qui est nettement plus démocratique !), ont décidé en mai 2003 de conserver leurs centrales nucléaires, et de se réserver la possibilité d'en construire d'autres ? Quelle autre raison donner à cette différence de traitement que "ce qu'en pensent" les journalistes qui couvrent ce sujet ?

un(e) journaliste n'est pas non plus indépendant(e) de l'opinion de son patron (chef de service, par exemple). Là encore le nucléaire civil me servira d'exemple : j'ai reçu 3 témoignages de journalistes - de 3 media différents, et pas des moindres - me disant qu'il ne leur était pas possible d'évoquer les avantages du nucléaire civil dans leur support, alors qu'ils auraient souhaité en parler, parce que la direction de la rédaction était contre (qu'ils se rassurent, j'emporterai le secret dans la tombe). Bien évidemment je ne peux donner des exemples que dans les domaines que je connais, mais je ne vois pas de raison évidente de penser qu'il en va différemment pour les autres sujets un peu techniques que je suis de moins près.

Est-ce très gênant de savoir que, de fait, un(e) journaliste n'est pas plus indépendant(e) que qui que ce soit d'autre, quoi qu'il (elle) en dise (ou plus exactement quoi que les directeurs de journaux en disent) ? A mon sens, non : il suffit de le savoir (et puis, de toute façon, cela n'aurait pas de sens de vouloir qu'un(e) journaliste n'ait ni patron, ni opinions, ni banquier, ni formation).

La bonne question, cependant, est : pourquoi la profession journalistique revendique-t-elle périodiquement une indépendance qui ne veut rien dire ? Plutôt que de proclamer une indépendance qui n'existe nulle part, pas plus dans un journal que chez moi ou ailleurs, il vaudrait bien mieux jouer la transparence, c'est-à-dire exposer clairement quelles opinions on défend et pourquoi, et de qui on dépend financièrement (parce que personne ne vit d'amour et d'eau fraîche). Après, le lecteur se fera sa propre opinion !

***

 

Quel recours a-t-on quand il y a "une bêtise" dans le journal ?

Imaginons que je lise, dans un journal, une information qui est contraire aux données scientifiques connues (par exemple que le changement climatique n'est étudié par la science que depuis 20 ans, alors qu'il s'est publié des choses bien avant), voire une conclusion parfaitement fantaisiste, en ce sens qu'elle est contraire aux lois de la physique et incompatible avec les ordres de grandeur connus (par exemple qu'il suffit de planter quelques arbres pour compenser les émissions humaines de gaz carbonique). Quelle possibilité a-t-on de faire en sorte que la "bonne" information soit publiée ? Eh bien, au risque de me faire encore plus d'ennemis, aucune. Il n'y a aucune garantie de recours contre une fausse information si elle ne tombe pas dans quelques cas de figure bien précis, tels la diffamation ou l'injure.

Si un journaliste dit "Jancovici est un abruti", ou "Jancovici est un gros menteur", j'ai un moyen de recours légal : j'attaque en diffamation si j'estime que cela est utile (en l'occurrence j'en doute !) et éventuellement il y aura un rectificatif dans le journal. Mais si un journaliste publie un article dans lequel il explique que la communauté scientifique dans son ensemble est incompétente, menteuse, et vendue à un complot onusien (ce que j'ai trouvé dans un article du Point que j'ai commenté), ou plus généralement si le journaliste ne vise pas un individu en particulier, mais une vérité scientifique en général, il n'y a aucun recours possible pour l'empêcher de le faire :

Comme il n'y a pas de personne ou de laboratoire nommément désigné, l'attaque en diffamation n'est pas recevable,

Bien sûr, les lecteurs peuvent protester, mais comme c'est le journal lui-même qui décidera souverainement et sans appel possible s'il publie ou non la lettre, il n'y aucune garantie de voir la bonne information portée à la connaissance des lecteurs ensuite (si je prends mon propre cas, sur lequel j'ai incontestablement des données de première main, depuis 2000 j'ai envoyé plus d'une centaine de lettres à divers media, généralement pour réagir à la publication d'informations erronnées, ou tellement "résumées" qu'elles amenaient à une conclusion erronée, et seules quatre ont fait l'objet d'une publication, toujours partielle),

Si le media est une télévision ou une radio, il n'y a même pas d'endroit prévu pour rectifier les bêtises diffusées : il n'y a ni courrier des lecteurs, ni créneau horaire réservé pour diffuser un éventuel rectificatif, et chacun aura pu constater que les journaux radio ou télé ne comportent jamais la mention d'une erreur dans une édition précédente (alors qu'il y en a, bien évidemment). Je ne parle même pas de l'absence de rectification des bêtises contenues dans les documentaires ou reportages : si un documentaire télé dit des bêtises, le cas de figure standard est que ces dernières ne seront jamais corrigées par la suite. En bref, l'audiovisuel ne dispose d'aucune procédure permettant de corriger les erreurs contenues dans les informations diffusées, sauf rarissime exception. Ce media serait donc infaillible ?

A la différence d'un certain nombre de professions (médecins, avocats, comptables par exemple), la profession journalistique n'est dotée d'aucun code de déontologie, et d'aucun conseil de l'ordre ou équivalent. Un futur journaliste ne prête pas serment, en s'engageant à respecter un certain nombre de principes élémentaires, comme par exemple systématiquement faire relire ses interviews à l'interviewé avant publication, ou encore systématiquement vérifier les informations factuelles contenues dans les déclarations des personnes interviewées, ou encore toujours s'abstenir de faire une généralité d'un cas particulier sans preuve (et ca, ils aiment !), etc. Un journaliste peut donc mentir de façon éhontée toute sa vie durant sans rien risquer comme sanctions de quiconque, dès lors qu'il se garde de citer des individus ou des entités précis, et qu'il le fait en accord avec la rédaction de son journal. J'ai 2 exemples concrets où j'ai su (cela a été explicitement dit à un de mes amis, ou à moi-même) qu'un journal avait délibérément propagé de fausses informations sur le changement climatique, considérant que cela serait plus apprécié des lecteurs que de se contenter de dire la vérité, au motif que cette dernière est "banale".

***

 

Quelle conclusion tirer de tout cela ?

Tout d'abord il y a une conclusion à ne pas tirer, malgré tout ce qui précède, qui serait de dire "tous pourris", et de penser que les medias mentent volontairement, partout et tout le temps. Il existe plus de 500 titres rien que pour la presse écrite d'information générale, et il est assez vraisemblable que la répartition des comportements chez les journalistes ressemble à ce qu'elle est ailleurs : il y a quelques % de gens remarquables (et remarqués), quelques % de très sales cons (et qui sont aussi très remarqués !), et 96% de personnes qui font ce qu'elles peuvent, du mieux qu'elles le peuvent, dans le cadre contraint qui est le leur.

L'essentiel des conclusions erronées que j'ai pu lire - mais je ne suis pas une revue de presse à moi tout seul ! - relève d'une connaissance incomplète des sujets évoqués, d'un défaut d'appréhension des ordres de grandeur, ou du manichéisme forcé par manque de place, et non de la malhonnêteté délibérée. Il n'en reste pas moins que, "vu de l'extérieur", c'est-à-dire sans connaissance personnelle préalable du sujet concerné, il n'y a aucun moyen de savoir qui travaille bien et qui travaille moins bien dans le contexte actuel, aucun moyen de savoir si la vérité, c'est-à-dire ce qui découle de l'examen des faits, est correctement restituée dans les media, et aucun moyen de savoir si les points évoqués sont ceux que l'on aurait considérés comme essentiels "à la place du journaliste". Une autre conclusion doit donc être tirée de ce qui précède : il ne faut jamais prendre ce qui figure dans les media pour argent comptant. Le support n'est pas une garantie : j'ai déjà vu traîner des énormités dans Le Monde, ou sur Arte.

Incidemment, une conclusion majeure qu'il faut en tirer, c'est que la classe politique, qui s'informe pour l'essentiel en lisant le journal, en écoutant la radio et en regardant la télé, est très largement ignorante de ce qui n'y figure pas (dans le journal). Les questions d'énergie et de changement climatique, dont la présence dans la presse, hors actualité immédiate, et hors magazines "spécialisés" (magazines professionnels ou grand public type Science et Vie), est rarissime, et toujours excessivement résumée par manque de place, sont donc des sujets pour lesquels l'ignorance est très largement partagée chez ceux qui nous gouvernent, et cela est valable à tous les niveaux. Je ne sais s'il faut le déplorer, mais c'est un fait.

Pour en revenir au citoyen de base et au changement climatique, il est néanmoins possible de vérifier ou compléter ce qu'il y a dans le journal, pour autant que l'on ait le temps : les informations ne sont pas confidentielles, et la source souvent aisément accessible. Une information a généralement été publiée par "quelqu'un d'autre" avant d'être reprise dans le journal : elle peut bien sûr être contenue dans un article de la littérature scientifique, mais elle peut aussi figurer, de manière plus accessible, sur un site Internet, tel celui du GIEC, ou de l'organisation météorologique mondiale, ou de Météo France, ou d'une fédération d'assureurs, ou de la NASA, ou de la NOAA, ou de l'IFREMER.....

Bref, armé d'un moteur de recherche et d'un peu de patience, il ne sera pas rare de retrouver la trace de l'information originelle. Et rien n'empêchera alors le lecteur de se faire sa propre opinion, un peu plus éclairée !

Retour à l'index
Retour vers le haut de la page