La lune

Manicore

Documentation > Divers énergie > Divers > Les autonomistes corses

Les autonomistes corses : voici de vrais écolos !

août 2002

site de l'auteur : www.manicore.com - contacter l'auteur : jean-marc@manicore.com

***

Que cherchent généralement les mouvements écologistes ?

la préservation des espaces naturels,

la diminution des nuisances de toute nature liées à notre civilisation moderne (bruit, émissions diverses dues au trafic routier, absence d'industries polluantes, etc)

si possible, l'arrêt des projets (centres commerciaux, autoroutes, usines, programmes immobiliers...) qui vont à l'encontre des deux premiers objectifs.

Or, vu sous cet angle, et sans qu'il soit nécessaire de me retenir une chambre à Sainte Anne, force est de constater que les autonomistes corses agissent en parfaite conformité avec ces objectifs :

en créant un climat peu propice aux investissements économiques ils préservent dans le même temps leur île des nuisances indissociables du "développement" éponyme : pas d'investissements industriels, c'est l'assurance de ne pas avoir d'usines polluantes, de norias de camions, de bruit, d'accidents industriels..., et pas d'investissements dans le tertiaire, c'est notamment moins de trafic routier !

en contribuant à donner de la Corse l'image d'un "pays de fous" - et en plastiquant un peu ici et là de temps à autre pour être sûrs que l'on s'en souvienne - ils dissuadent aussi sérieusement les investissements touristiques, or il est probable que sans cela il y a longtemps que le littoral corse serait une côte d'Azur bis, dont la préservation des espaces naturels (je parle de la Côte d'Azur) n'est pas vraiment une caractéristique première,

Urbanisation d'une portion de la côte d'Azur en 1960.

Urbanisation du même endroit en 1990.

plus généralement, le fait de ne pas avoir permis que la Corse devienne des Baléares bis a sérieusement limité les nuisances liées au tourisme :

le touriste se déplace (provoquant une augmentation des transports), au besoin par avion, alors que le trafic aérien n'est pas vraiment ce que l'on fait de plus respectueux pour l'environnement (voir émissions de gaz à effet de serre des avions sur un exemple concret), et sinon par voiture en exigeant de larges autoroutes pour ne pas être bloqué dans les bouchons (lesquelles autoroutes serviront ensuite à développer le transport routier longue distance pendant le reste de l'année, ce qui fera lever les bras au ciel de bon nombre des mêmes touristes, mais pris avec leur casquette de "riverain d'une autre voie routière d'importance ailleurs en France" !),

s'il se sent bien dans l'endroit qu'il visite et qu'il a les moyens, le touriste fera monter les prix de l'immobilier, ce qui poussera à l'urbanisation des espaces naturels (et accessoirement empêchera les autochtones, qui n'ont pas les moyens, de devenir propriétaires chez eux, ce que l'on constate par exemple dans bon nombre de régions du Sud de la France),

s'il aime la voile (c'est mon cas) le touriste pousse à la contruction de ports de plaisance, qui ne sont pas toujours des bienfaits pour le littoral,

le touriste cueille volontiers les fleurs rares, jette facilement ses ordures un peu partout, et j'en passe : sans la moindre volonté d'être méchant ou destructeur, le touriste exerce inéluctablement une sérieuse pression sur l'environnement. Les régions "sauvées" par un tourisme qui aurait permis de financer des remises en état sont très nettement marginales devant celles que le tourisme a sérieusement contribué à dégrader du point de vue de l'environnement.

même l'agriculture corse est très respectueuse de l'environnement : les vaches s'y promènent dans la montagne, au lieu de manger du maïs fourrage qui aura pollué tant et plus pour sa culture !

Bref les autonomistes corses sont d'authentiques écologistes, puisqu'ils font tout ce qu'ils peuvent pour la préservation de leur île en l'état. N'en connaissant aucun, je ne sais pas si la préservation des espaces naturels fait partie de leurs objectifs avoués, mais en tous cas leur comportement devrait objectivement leur valoir la sympathie de tous les mouvements écolos "officiels".

Il y a certes besoin de quelques morts pour assurer le succès de cette politique, mais on pourra argumenter que le fait d'avoir évité quelques accidents industriels (peu d'usines) et accidents routiers (moins de trafic, notamment de camions) rend peut-être le bilan pas si mauvais que celà ! Pour défendre le plus efficacement possible l'environnement dans une région donnée, il me semble donc que d'y créer un mouvement autonomiste est une option à considérer très sérieusement....

 

Retour à la liste
Retour vers le haut de la page