La lune

Manicore

Documentation > Divers énergie > Divers > Jean-Pierre COFFE

Coffe est-il un écologiste ?

avril 2002

site de l'auteur : www.manicore.com - contacter l'auteur : jean-marc@manicore.com

***

La première impression du lecteur sera peut-être de se demander si je n'ai pas reçu quelque objet de poids sur la tête, ou si je n'ai pas descendu des escaliers sur cette même partie de mon corps, en qualifiant Coffe d'écologiste. Et pourtant... que dit l'individu dans son dernier livre, "A table en famille avec 15 euros par jour" ? (Plon).

que 150 grammes de viande par personne et par jour sont amplement suffisants,

qu'il faut se fournir au marché et non en grande surface,

qu'il faut acheter des produits locaux et de saison.

Notre ami parle d'or pour notre propos. Pourquoi ?

les nuisances de l'agriculture sont pour une large part la conséquence de notre souhait de manger beaucoup de viande. Plus de la moitié des surfaces agricoles servent à nourrir des animaux (que nous mangerons ensuite), et il faut rappeler que pour les émissions de gaz à effet de serre l'agriculture représente le premier poste en France.

Répartition par activité des émissions en France pour l'année 2004, tous gaz à effet de serre (sauf ozone) pris en compte. Il s'agit des émissions brutes (je ne sais pas imputer les puits par activité !).

On remarque que la première source est l'activité agricole au sens large. Toutefois si l'on réintègre les émissions des raffineries, de l'industrie auto, etc, les transports montent probablement à plus de 25%.

Cela étant, un raisonnement similaire peut s'appliquer à l'agriculture : si nous rassemblons dans un même sac tout ce qui est émis pour nous fournir de la nourriture (agriculture, mais aussi le transport et la transformation industrielle de la nourriture, y compris la fabrication des emballages que nous jetterons ensuite), alors manger est probablement à l'origine d'un tiers des émissions environ.

Source : CITEPA, 2005

(*) le transport aérien international n'est pas pris en compte.

Actuellement la consommation de viande par Français est de l'ordre de 100 kg par an. Avec 150 grammes par jour (suggérés par Coffe), elle devient théoriquement de la moitié (150 grammes x 365 jours donnent un peu plus de 50 kg), et en pratique probablement de un peu moins, car la moyenne de 100 kg/personne/an tient compte des vieillards chenus et des nourrissons, qui mangent moins que 100 kg par an.

En proposant de nous faire manger moitié moins de viande, Jean-Pierre COFFE contribue indirectement à la baisse des nuisances agricoles de toute nature et notamment de ses émissions de gaz à effet de serre. La mise en oeuvre de ses préconisations (diviser la consommation de viande par 2) ferait baisser les émissions françaises de 5 à 10% : ce n'est pas rien !

les courses à l'hypermarché sont les moins écologiques qui soient : c'est le magasin où l'on se rend systématiquement en voiture, et les marchandises vendues sont rarement produites localement, donc ont aussi parcouru beaucoup de kilomètres avant d'être achetées. Diverses tentatives de chiffrage que j'ai vues montrent que, à montant d'achats égal, un hypermarché engendrait de 2 à 20 fois plus d'émissions de gaz à effet de serre qu'un commerce de centre ville (dont les marchés font généralement partie).

En conseillant d'aller au marché plutôt qu'à l'hypermarché, Jean-Pierre COFFE préconise indirectement de faire ses courses plus souvent à pied et moins souvent en voiture, et d'acheter plus souvent des produits locaux (au marché on trouve encore quelques maraîchers, éleveurs de volailles, producteurs de miel, de fromages...) qui n'ont pas parcouru des milliers de km et moins des produits venant de loin, qui auront leur contrepartie en termes de camions qui nous font tant pester sur les routes.

les produits qui ne sont pas de saison ont soit poussé sous serre (chauffée, quelques fois, avec fioul ou gaz) soit poussé très loin (fraises en février par exemple) et dans tous les cas de figure cela engendre des émissions de gaz à effet de serre supplémentaires.

Enfin au marché on est sur de ne pas ressortir avec un panier à moitié rempli de choses que l'on avait absolument pas l'intention d'acheter en entrant, or ces "choses", pour être fabriquées, ont conduit à des émissions de polluants divers dont des gaz à effet de serre. Au pire, vous vous retrouverez, dans cette catégorie, avec quelques olives, pistaches et épices pour couscous ou curry (j'en ai plein mes placards et je crois que je n'ai jamais fait un vrai curry de ma vie...), mais aucun danger de devoir dépenser des sommes folles en biscuits à apéritif, ou aux rayons "non alimentaires" parce que le petit dernier a vu tel truc "à la télé" ou que tel article est "en promotion" et que cela ne se refuse pas, même si vous n'en avez pas l'usage ! En évitant d'acheter des choses inutiles, on peut à la fois dépenser plus d'argent dans une nourriture de meilleure qualité et dépenser plutôt moins globalement, et tout cela est bon pour l'environnement (sauf si les économies servent à prendre l'avion, à acheter une voiture ou à agrandir les pièces chauffées de la maison, bien sur...).

Les préconisations de Coffe sont en plus l'illustration que l'écologie, ce peut être joyeux et gouteux : d'expérience, c'est quand même nettement plus sympathique d'aller faire le marché (où dès que l'on a ses habitudes les commerçants sont généralement très agréables, voire farceurs) que d'aller promener un caddie dans un hypermarché anonyme et aseptisé, et surtout c'est drôlement meilleur une fois dans l'assiette !

 

Retour à la liste
Retour vers le haut de la page