La lune

Manicore

Documentation > Divers énergie > Divers > Journaliste, cela autorise d'inviter n'importe qui ?

Lettre ouverte aux journalistes qui ouvrent leurs colonnes - ou leur antenne - à n'importe qui et n'importe quoi en matière de climat (et de science) pourvu que ça mousse

mars 2010

site de l'auteur : www.manicore.com - contacter l'auteur : jean-marc@manicore.com

***

"Savoir où est le bien et s'en détourner, il n'y a pas de pire lâcheté" - Confucius.

NB : ce qui suit ne vise pas tous les journalistes, comme certains commentaires laissés sur la toile le laissent entendre à tort (probablement écrits par des gens qui n'ont pas lu ce qui suit jusqu'au bout...). Ce texte vise un comportement bien particulier, et ne s'applique donc qu'aux journalistes qui ont, ou ont eu, ce comportement.

***

Chers amis journalistes, et chers journalistes pas amis (les seconds étant plus particulièrement destinataires de ce qui suit, évidemment),

Depuis que la question de l'influence de l'homme sur le climat a été posée par une partie de la communauté scientifique, certains d'entre vous, au nom d'un "droit au débat" dont je vais essayer de montrer qu'il est totalement dévoyé sur ce sujet précis, donnent régulièrement de l'espace à des individus qui expliquent combien la science raisonne de travers en matière de "climatologie", et, éventuellement, combien il est urgent de surtout ne rien faire pour limiter les émissions humaines de gaz à effet de serre.

Une variante consiste à simplement faire part de leur point de vue - sans les inviter sur un plateau de télé ou sans leur ouvrir la page "opinions" - en mettant leurs arguments sur un "pied d'égalité" avec le point de vue "orthodoxe", ce qui laisse penser que chaque éventualité est possible et qu'il appartient au lecteur de juger comme bon lui semble.

Je vais peut-être vous faire beaucoup de peine, mais je considère qu'en agissant de la sorte, vous êtes au mieux des inconscients, au pire des irresponsables, et dans tous les cas de figure des menteurs - et des menteuses, la parité est assez bien respectée dans le monde journalistique ! - à l'égal des gens à qui vous donnez de l'importance.

Lorsque vous invoquez le droit au débat ou à l'information pour relayer sans vous poser plus de questions que cela des Allègre et consorts, vous vous trompez : ce que vous réclamez, c'est le droit à l'imposture. Votre comportement n'est pas plus légitime que si vous demandiez à ce que, après chaque cours dispensé au collège, les élèves aient, au nom de ce droit (au débat), un cours leur exposant exactement l'inverse de ce qu'ils viennent d'entendre. Vous pourriez ajouter que c'est avec la diversité des opinions que les élèves pourront se forger la meilleure conclusion. Vous seriez d'accord pour votre propre rejeton ? Le prof de physique 1 explique que la lumière va en ligne droite ? Vite, donnons de l'espace à un prof différent - à qui on se gardera bien de justifier comment il a pu parvenir cette conclusion - expliquant qu'elle fait des zigzags, à preuve les éclairs d'orage ne sont pas rectilignes (pour ceux qui n'auraient pas saisi la nuance, un éclair est un courant électrique, pas un rayonnement lumineux !).

Un prof A indique que la Terre tourne autour du Soleil ? Vite, ouvrons la possibilité pour que les élèves puissent écouter un prof B qui leur dira l'inverse, attestée de manière évidente par le fait que nous voyons l'astre du jour se promener d'un bout à l'autre de l'horizon pendant la journée et pas autre chose. Un prof d'anglais explique que travail se traduit par "work" ? Vite, donnons la parole à un autre prof qui dira que la bonne traduction est "schmuck" ! Evidemment, le résultat de cette affaire ne sera pas de créer des citoyens plus éclairé, mais un monde plus confus et moins apte à s'organiser. Dans tous les cas de figure, pour ce qui est de la physique, le monde ne va pas changer pour faire plaisir à ceux qui ont compris de travers.

Ces petits exemples montrent que, en invitant du n'importe quoi sur les ondes ou dans les pages d'un journal, la première conséquence est d'augmenter la proportion de gens qui vont se tromper de réponse face à un problème qui sera bien réel. Mais il est clair que, pour vous, c'est l'option de la facilité : sur n'importe quel sujet, vous trouverez toujours un olibrius dont l'ego est au centre de ses préoccupations, et qui profitera de votre connaissance insuffisante en physique et/ou de votre tropisme occasionnel (ou parfois constant !) pour la controverse pour attirer les micros à lui en tenant des propos mensongers mais - et c'est l'essentiel pour vous - en décalage avec ce qui a été publié la veille.

Si la controverse porte sur le nombre de trous dans les chaussettes d'un grand patron, le salaire exact du fonctionnaire qui occupe le 3è bureau à droite en entrant au 5è étage, la commission perçue par un marchand d'armes dans une vente au Sénégal, la taille exacte de Clovis ou le nombre de maîtresses supposées du président de la république, ce n'est pas très grave : il est peu probable qu'une rumeur infondée sur ces sujets change radicalement le cours de l'histoire des peuples.

Mais si cette polémique conduit à rendre peu crédibles des conclusions scientifiques pourtant robustes sur un problème susceptible de mettre en péril la paix et la démocratie (et la pénurie d'énergie à bon marché ou le changement climatique ont tous les deux cette capacité), alors elle est non seulement illégitime, mais dangereuse pour la société.

Un tel comportement contribuera directement à ralentir l'action qui permettrait de faire face aux problèmes identifiés par les experts techniques du sujet, et il est évident que si la situation "tourne au vinaigre" à cause des conséquences d'un processus pourtant bien documenté sur lequel vous avez entretenu la confusion parce que c'est un travers professionnel auquel vous ne savez pas échapper, vous - et vos chefs qui vous demandent éventuellement de vous comporter de la sorte - porterez une partie non nulle de la responsabilité dans ce qui arrivera.

La base de votre imposture, c'est qu'en invitant des "contestataires" à l'égal des experts techniques légitimes, vous laissez croire que vous avez la capacité de vous poser en arbitre - ou en juge du fond - des débats scientifiques, alors que vous n'avez ni la compétence, ni les connaissances préalables, ni le temps pour faire cela.

vous n'avez pas les connaissances préalables nécessaires : l'immense majorité d'entre vous - et ce n'est pas vous faire insulte que de dire cela, chacun son métier - n'a pas - et n'a jamais eu - de bases en thermodynamique (savez vous ce qu'est une enthalpie ? Une détente adiabatique ? un rendement de Carnot ?), en mécanique quantique (savez vous ce qu'est une orbitale ? l'énergie caractéristique d'un réarrangement de la couche électronique ? la raison pour laquelle les molécules ont des raies d'émission particulières ?), en physique nucléaire (savez vous comment les rayons cosmiques transmutent l'azote atmosphérique pour créer du carbone 14 ? quelle est la demi-vie du potassium 40 ? Pourquoi les isotopes pairs ne fissionnent pas ?), en mécanique céleste (savez vous comment se comparent l'attraction du Soleil et celle de Jupiter sur la Terre ? Ce qu'est la précession des équinoxes ?), en électromagnétisme (pourquoi la Terre et le Soleil n'ont pas le même spectre d'émissions ?), en biologie (comment se comportent les stomates en fonction de la température ? Qu'est-ce qu'une plante en C4 ?), en techniques mathématiques diverses (équations différentielles, résolution numérique, et même, souvent, en probabilités....), en dynamique des fluides, en chimie, et en mille autre babioles de ce genre que l'on doit pourtant avaler pour commencer à comprendre les aspects techniques de l'influence de l'homme sur le climat (passé et futur). Car, contrairement à ce que vous semblez croire, et pire encore diffuser comme idée, tout n'est pas égal au reste et un problème d'environnement est avant tout une affaire de science et non pas avant tout une affaire de slogans dans la bouche des militants. Le WWF ou Greenpeace ne sont pas non plus les acteurs à qui il incombe d'expliquer de quel problème scientifique il est question : ils ne peuvent pas faire mieux que de reprendre les conclusions du dossier scientifique sans les déformer, comportement qui est parfois l'inverse de ce qu'ils font effectivement dans d'autres domaines (comme le nucléaire par exemple).

quand bien même vous auriez les connaissances scientifiques de base, vous n'avez pas la compétence métier (et moi non plus) sur les aspects techniques qu'il faut pourtant maîtriser pour contribuer à la production de connaissances. Vous n'êtes pas en mesure de vérifier :

que le carottage dans les glaces de l'Antarctique a été fait au bon endroit, avec le bon carottier, la bonne nature de lubrifiant et que ce dernier a bien été décapé de la carotte (même remarque pour les carottages glaciaires au Groenland ou dans les Alpes, les carottages de sédiments océaniques, les prélèvements de coraux ou de stalactites, les mesures en continu de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, et plus généralement que tout prélèvement fait pour analyse a été correctement effectué en respectant le protocole approprié),

que la glace extraite n'a pas été "polluée" par l'air actuel pendant son transport vers le labo grenoblois (ou suisse, ou américain, ou australien...) où elle a été analysée,

que le spectromètre de masse utilisé pour reconstituer la teneur en carbone 13 d'un sédiment océanique a été correctement étalonné (remarque extrapolable à tout appareil de mesure),

que le logiciel du satellite Topex-Poséidon n'a pas de bug (remarque extrapolable à tout logiciel régissant le fonctionnement d'un satellite, analyseur, etc),

que la mécanique des fluides a été correctement transcrite dans le modèle HadCrut CM3, ou l'épaisseur de l'océan bien représentée dans le modèle IPSL-CM4

que les séries de température sont correctement homogénéisées pour faire une moyenne mondiale (homogénéiser des températures observées consiste à rendre comparables des relevés faits avec des instruments différents, à des heures différentes, avec des expositions différentes, etc ; cette opération est un préalable indispensable pour pouvoir ensuite calculer une moyenne mondiale et donc la suivre dans le temps),

si l'algorithme qui transcrit la variation des cernes d'arbres en variation de température engendre un artefact dans le résultat ou pas...

...et là aussi la liste est tellement longue que je pourrais traiter n'importe quelle insomnie avant d'en venir à bout,

Enfin vous n'avez pas le temps : un dossier de synthèse, dans le domaine scientifique, c'est toujours des dizaines ou des centaines de pages, et les notions évoquées aux deux paragraphes ci-dessus sont omniprésentes. Quand bien même les deux obstacles mentionnés ci-dessus seraient levés, il faut un temps pour lire ce genre de production qui n'est matériellement pas à votre portée dès que vous travaillez dans un support quotidien, ou même hebdomadaire (c'est un peu moins vrai dans la presse mensuelle). Seule l'expérience et le temps peuvent combler cette lacune, mais vous constaterez avec moi que ceux qui invitent des imposteurs (ou leurs chefs) n'ont, outre les limites mentionnées ci-dessus, en général pas l'un et/ou pas l'autre. Et vous constaterez aussi que les bons spécialistes dans votre profession (car il y en a, bien sûr), ceux qui ont honnêtement travaillé leurs dossiers depuis longtemps, ceux qui se sont renseignés, ceux qui ont modestement cherché à comprendre avant de conclure, n'invitent pas d'imposteurs. En face d'un imposteur, ils font leur métier, qui consiste à expliquer pourquoi nous avons affaire à un imposteur. Se comporter de la sorte n'est pas "refuser le débat", c'est faire son travail normalement !

Question idiote à ce stade : quand vous invitez un "contradicteur", comment pouvez vous savoir qu'il maîtrise tous les aspects énumérés ci-dessus, ce qui est incontournable pour le présenter comme un "contestataire" légitime ? Réponse : vous n'en savez évidemment rien (et du reste ce n'est pas ce qui vous importe), même si votre invité se présente comme "scientifique". Ce qui va compter n'est pas que le contradicteur soit légitime (et il ne l'est pas), et encore moins que vous soyez capable de vérifier ou pas ce qu'il raconte, c'est juste qu'il ait une grande gueule. J'en veux pour preuve que celui qui tient les propos les plus ahurissants (Allègre) est aussi celui qui est le plus invité, parce qu'il a la plus grande gueule. Il pourrait affirmer que la Terre est plate, que vous continueriez à l'inviter si il a toujours le même don pour couper la parole à tout le monde et monter sur la table !

Est-ce que tout ce qui précède signifie que la presse n'aurait pas le droit de rapporter des débats en matière de science ? Evidemment que si, mais... en se limitant aux débats mis en avant par la communauté scientifique elle-même, qui est la mieux placée pour savoir de quoi il retourne, et qui, contrairement à une idée implicite qui circule parfois, possède des forces de rappel très importantes contre la création de complots. L'une d'elles est toute simple : le scientifique qui parvient à prouver, dans les règles de l'art, que ce qui semblait acquis auparavant est en fait invalide dans certaines circonstances devient un candidat sérieux pour le Nobel si sa conclusion remet en cause une cascade de conséquences.

Le Nobel a ainsi été attribué à Heisenberg, Planck et Bohr qui ont remis en cause l'existence d'un monde continu quand on descend dans l'infiniment petit, à d'innombrables chercheurs qui ont mis en évidence des lois particulières quand la physique s'exerce à l'échelle de l'atome (Maxwell, Einstein, Dirac, Hertz, De Broglie...), à Marconi qui a découvert que l'on pouvait transmettre un signal électrique sans fil, à Chadwick qui a découvert un nucléon non chargé électriquement, à Fermi qui a découvert la fission, à des chercheurs qui ont remis en cause l'existence d'une résistivité à toutes les températures (phénomène de la supraconduction)....

Toutes ces découvertes n'ont pu être faites que dans un contexte où les explications déjà disponibles n'étaient pas suffisantes - voire fausses - pour expliquer ce qui était observé ou calculé. Croire et faire croire à l'unanimité "naturelle" de la science est mal la connaître. A court terme, il peut y avoir des phénomènes de chapelle, mais à long terme c'est l'exact inverse qui s'applique : un chercheur n'est jamais autant reconnu que quand il a pu battre en brèche, avec une démonstration probante, des faits auparavant considérés comme acquis.

Le seul rôle légitime que vous puissiez tenir en matière de science est celui de vulgarisateur, pas de juge, et cette conclusion est valable pour tout observateur externe à la communauté scientifique concernée (je suis donc dans le même bain, c'est même écrit sur mon site depuis 2003). Dès que vous décidez de vous-même d'aller au-delà de ce que publient les revues scientifiques à comité de lecture (voir plus bas), vous cessez d'être légitimes.

Mais, allez vous me dire, si les scientifiques "pas d'accord" ne peuvent pas s'exprimer dans la presse, c'est du totalitarisme ! C'est le retour de Lyssenko ! Ce réflexe, courant parmi vous, présuppose que seule la presse est habilitée à conduire des débats, et que si on lui dénie ce droit dans un secteur donné il n'y a pas d'alternative pour les braves scientifiques qui ont le seul tort de ne pas être d'accord. C'est une erreur. C'est vous qui commettez une faute en allant plus vite que la musique, c'est-à-dire en propageant des faits qui n'existent nulle part dans la littérature scientifique.

La science a tellement l'habitude, contrairement à une idée qui circule parfois, de gérer des débats où les gens ne sont pas d'accord entre eux, qu'elle s'est organisée pour que ces débats soient menés là où il faut et comme il faut. Du reste, la recherche, en science, correspond justement à l'étape où des individus travaillent sur des processus encore mal compris, et qui peuvent donc être interprétés de diverses manières. Si la science avait déjà tout compris, il n'y aurait plus de chercheurs ! Le scepticisme, au sens du doute et du "je demande à être convaincu", est une des bases de la recherche, puisque c'est lui qui incite à aller creuser des choses non encore explorées auparavant. Prévoir des places de débat entre experts "pas d'accord" est donc consubstanciel à l'activité de recherche, et cela fait des siècles que ce débat a été organisé avec des procédures qui permettent de le rendre constructif (alors qu'une émission de Guillaume Durand est juste du cirque, à prendre comme tel).

Comment débat-on dans les règles de l'art, alors ? Pour l'essentiel, grâce à des revues particulières, gérées par la communauté scientifique elle-même, qui s'appellent des revues scientifiques à comité de lecture. Passer par la publication dans une de ces revues est un préalable indispensable pour qu'un fait soit recevable pour être publié sans être modifié ensuite dans la presse généraliste. Ces revues n'ont rien à voir avec la presse généraliste, même si à l'arrivée on trouve dans les deux cas de figure des caractères imprimés sur des feuilles de papier ou des lignes de texte et des schémas sur un site Internet (cette similarité de nom - revue - et de forme - du papier imprimé - entretient peut-être une partie de la confusion). Mais sur le fond une revue scientifique ne remplit pas du tout le même rôle qu'un media grand public :

les auteurs sont des chercheurs et non des journalistes. Leur métier principal n'est pas d'écrire des articles, mais de chercher à comprendre un processus non encore élucidé, ou de vérifier par l'expérience ou l'observation une théorie proposée. L'essentiel de leur temps n'est pas consacré à écrire des articles, mais à avancer - ou pas ! - dans leurs recherches. Le rythme de production n'a rien à voir avec un journaliste de la presse : un scientifique très productif sera tout au plus à l'origine de quelques dizaines de papiers dans sa vie comme auteur principal (avec les papiers signés comme auteur secondaire, on peut monter à plusieurs centaines, soit la production annuelle d'un journaliste de quotidien).

un article dans une revue scientifique est un compte-rendu qui s'adresse avant tout à des chercheurs ou experts du même domaine et ceux de domaines connexes qui pourront ensuite s'appuyer sur les résultats pour faire avancer leurs propres recherches. Les auteurs doivent donc expliquer à un public exigeant, qui ne se contente jamais de conclusions "sèches", comment ils sont parvenus à un résultat digne d'intérêt dans un domaine donné, en détaillant tous les raisonnements intermédiaires, références et données d'observations utilisés. Ce résultat peut être la proposition d'une théorie nouvelle permettant d'expliquer des observations ou expériences, la confirmation expérimentale d'une théorie, la répétition d'une expérience probante, ou au contraire une expérience ou un calcul nouveau qui infirment une position défendue auparavant.

avant sa publication, le projet d'article est systématiquement envoyé à un comité de lecture qui va examiner de très près les conclusions proposées, ainsi que les raisonnements, faits et données qui les sous-tendent. Ce comité est constitué d'experts du même domaine, seuls à même d'y retrouver leurs petits, et les mieux à même de détecter les erreurs éventuelles qui auraient été commises par les auteurs. Ces experts ont plusieurs mois pour faire des remarques, qui peuvent aller de "nous mettons un veto à la publication qui comporte telle et telle erreur grossière" jusqu'à un accord en l'état. L'accord engage nécessairement la crédibilité de la personne qui a examiné l'article. Tous les articles scientifiques comportent toujours deux dates : celle à laquelle le projet a été soumis, et celle a laquelle il a été accepté par l'éditeur de la revue (qui sauf exception rarissime suit les recommandations du comité de lecture).

comme se faire retoquer un article se sait dans la communauté, les chercheurs prennent généralement toutes leurs précautions avant d'en proposer un. Comme ils ne savent généralement pas qui va relire leur papier, ils évitent de compter sur leur seul copinage (il y a bien sûr des exceptions, mais ce n'est pas une règle) pour faire passer n'importe quoi, et ils vérifient 10 fois plutôt qu'une que leur raisonnement tient la route. Il y a là une des multiples "forces de rappel" à l'oeuvre qui empêche le processus de conduire à la publication fréquente de "n'importe quoi".

la bibliographie d'un tel article liste les articles ou rapports déjà publiés que l'auteur utilise pour fonder ses conclusions. Il ne cherche jamais à redémontrer les résultats cités dans la bibliographie - sauf si c'est l'objet principal de son papier - mais s'appuie dessus. Ce système de publication scientifique est donc un système "traçable" (grande différence avec le système médiatique) : si un papier qui met en avant un résultat donné est cité ailleurs, et que ce papier est invalidé par la suite, il est possible d'inventorier tous les résultats postérieurs qui sont potentiellement remis en cause et d'en discuter à nouveau (alors que quand le journal raconte une ânerie, allez retrouver la manière dont tout est parti ! En général le journaliste lui-même ne le saura pas).

Ce n'est pas au moment où un fait nouveau est publié dans une revue scientifique à comité de lecture que ce fait peut être considéré comme acquis. Il faut en effet attendre un peu qu'aucun autre chercheur du domaine n'identifie une faille dans l'article publié, ce qui est possible malgré les précautions ci-dessus. Une définition acceptable d'un fait acquis - enfin pour vous - peut être que c'est "un fait publié dans une revue scientifique à comité de lecture et non remis en cause par le même canal dans les années qui suivent". Il est clair que ce pas de temps de quelques années pour y voir clair n'est pas compatible avec votre désir de trancher dans la minute, mais c'est ainsi.

toute personne travaillant dans un domaine donné, ou ayant une information nouvelle à proposer dans un domaine donné, peut proposer un article à une telle revue, y compris tout "contestataire" invité sur vos plateaux ou dans vos studios (ou à qui vous ouvrez vos colonnes). Maintenant regardez bien : pas un argument mis en avant à l'antenne pour expliquer que l'homme n'aurait pas d'influence sur le climat n'a passé la barre de la publication dans une revue scientifique sans démenti par le même canal dans les années qui suivent. Je dis bien pas un. Certains arguments passent "temporairement" la barre de la publication de cette manière, mais sont contredits par la même voie - et parfois par les mêmes auteurs, qui reconnaissent une erreur - dans les années qui suivent.

Quand vous donnez la parole à un tenant de l'absence d'influence de l'homme sur le climat, vous ne servez pas, dans cette affaire, de zorro réhabilitant les pauvres opprimés interdits de publication pour cause de complot (ou ayant bien le droit de s'exprimer, les pôvres, nous sommes dans un pays libre, non ?), vous agissez directement pour dévoyer un processus vieux de centaines d'années et qui sert justement à éviter de juger de manière erronée sur la base d'informations partielles ou sorties de leur contexte, contraires à des observations, etc. En invitant Allègre et consorts, c'est vous qui réhabilitez la chasse aux sorcières, en donnant la parole à une accusation qui se base sur des inventions, mensonges, ragots, informations sorties de leur contexte, affabulations et autres diffamations collectives, bref des procédés dignes du Moyen Age.

Dans ce que l'on appelle les sciences dures (maths, physique, chimie) un article scientifique ne peut donc pas reposer sur des slogans, des faits non démontrés, des rumeurs ou la danse de la pluie (c'est hélas moins vrai dans les sciences molles, dont l'économie fait partie). Il doit s'agir d'une démonstration probante, appuyée sur des faits déjà considérés comme acquis, des données d'observation ou des expériences concluantes au regard de la question posée (et qui sont généralement communiquées à tout autre chercheur du domaine qui en fait la demande), et un raisonnement sans faille (pour tout ce qui laisse encore une place au doute, c'est le conditionnel qui est de rigueur, et du reste l'un des travers des media grand public est de transformer assez facilement les conditionnels des scientifiques en futurs simples dans la traduction médiatique....).

Un débat scientifique ne se conduit donc pas dans la presse grand public. Tout organe de presse qui met en avant des conclusions d'apparence scientifique qui n'ont pas été publiées dans les conditions ci-dessus outrepasse ses prérogatives. Ne sont pas plus des sources recevables si le propos est différent de ce qui figure dans la littéraure scientifique (et ne peut donc en aucun cas servir de base à vos articles ou émissions) :

un papier d'un de vos confrères (c'est dommage, puisque dans n'importe quelle rédaction on voit s'empiler tout ce qui a été publié chez les autres, mais c'est ainsi),

une vidéo sur Dailymotion ou Youtube,

un message ou un powerpoint qui circule sur Internet (rien de plus facile pour moi que de créer un powerpoint expliquant que tous les journaux français sont à la solde de la CIA et de le faire tourner sur le net...),

un site Internet (comme Pensée Unique, par exemple, qui tente de ressembler à un lieu de débat scientifique... mais qui n'en est pas un, puisqu'il n'y a pas de comité de lecture, et que l'autur fait une sélection qui l'arrange, au lieu de rapporter tout ce qui a été publié, outre qu'il prend comme "témoins" des internautes tout-venant qui ne sont pas aptes à trancher),

mieux (ou pire) encore, une contribution, le plus souvent anonyme, sur un forum !

une conférence grand public (comme celle de Courtillot à Nantes, où il affirme des choses qui ne figurent nulle part dans la littérature scientifique, ou qui ont été publiées par ce canal mais immédiatement contrées par la même voie),

C'est seulement quand un fait ou un raisonnement est considéré comme validé par ce processus qu'il peut être porté à la connaissance du grand public, sans que le processus de vulgarisation ne puisse en changer le contenu. Toute autre forme de procédure est invalide et ne produit que des erreurs.

***

Si vous n'êtes pas légitimes quand vous invitez des imposteurs, pourquoi le faites-vous, se demandera l'honnête homme ? (et l'honnête femme). Pour une raison simple : parce que les bénéfices sont supérieurs aux inconvénients. Les bénéfices, ce sont d'abord l'audience, parce que le lecteur aime bien la polémique et les grandes gueules qui l'alimentent. Moi le premier : j'adorais regarder Marchais dans les émissions politiques quand j'étais gamin, et je me fichais bien de savoir ce qu'il disait sur le fond. L'important était qu'il coupe la parole à ses adversaires et "monte sur la table" !

Un autre bénéfice, et pas des moindres, est que ce comportement est le plus économe en temps pour vous : ne rien comprendre prend moins de temps et demande moins d'efforts que de comprendre. En face, les inconvénients sont mineurs : perte de crédibilité auprès des quelques individus comme moi - mais c'est contrebalancé par ceux que la polémique attire, aucun risque de sanction pécuniaire pour cause de diffamation (tant que personne n'est visé, on peut mentir sur à peu près tout !), bref que du bonheur ou presque.

Plus généralement, dès que mentir (et ses variantes : exagérer, colporter des rumeurs non vérifiées, faire passer un cas particulier pour un cas général, présenter des individus n'ayant pas respecté les règles de la publication scientifique comme légitimes, etc) permet de mieux vendre ou de se mettre en avant comme organisateur du ring de boxe, et que le risque économique ou professionnel lié à ce mensonge (par exemple les dédommagements éventuels à verser suite à un procès) est inférieur au surplus de ventes, ou tout autre bénéfice associé au mensonge, la raison économique ou la logique de l'audience conduira à mentir. Dans le service public, qui comporte aussi son lot d'imposteurs (et pas des moindres !), l'audience sera toujours un facteur explicatif, mais je me demande si la volonté farouche de montrer que l'on n'est pas "aux ordres" n'intervient pas aussi pour susciter l'envie de faire part de "contre-points".

En plus, vous bénéficiez d'un malentendu qui me laisse toujours pantois : quand un imposteur trouve de l'espace dans votre media, la quasi-totalité des lecteurs ou auditeurs oublie que cela relève d'une démarche active de votre part, et considère qu'il ne dépend que de l'intéressé(e) de figurer dans le journal. Du coup, tout le monde en oublie votre part de responsabilité évidente - vous n'avez pas un revolver sur la tempe quand vous invitez Allègre - dans la diffusion des âneries. C'est pas beau, ça ?

Dans tous les cas de figure, quand votre émission ou journal s'ouvre à Allègre, Galam, Courtillot, Lomborg, ou un autre, il s'agit de la résultante de ce qui précède (à court terme, les avantages de l'organisation d'une polémique sont supérieurs aux inconvénients), et en rien d'une conséquence de la pertinence sur le fond des propos tenus, que vous n'avez aucun moyen d'apprécier. Peu importe que l'on donne la parole à des menteurs, et donc que l'on se rende complice de mensonges soi-même ! Les polémiques et oppositions sont indispensables à l'audience des media, déjà Tocqueville le disait.

Tout ce qui précède disserte essentiellement sur l'exemple du changement climatique, mais c'est un arbre qui cache une forêt bien plus vaste, celle des journalistes qui entretiennent la confusion du grand public sur des sujets scientifiques majeurs, ce qui inclut en particulier l'approvisionnement futur en pétrole.

Comme les ressources naturelles (dont un climat stable fait partie) sont indispensables à la bonne marche de l'économie, priver les électeurs de visibilité sur l'avenir de ces ressources, c'est augmenter la probabilité de ruptures économiques délétères, dont l'histoire nous a montré qu'elles n'étaient généralement pas synonymes de lendemains qui chantent. Et comme ces ruptures économiques ont souvent été suivies de ruptures politiques (dont des dictatures), j'ai une conclusion très surprenante à vous proposer : à chaque fois que vous invitez Allègre sur un plateau de télé aujourd'hui, vous n'êtes pas seulement des fainéants et des ignorants, mais vous augmentez le risque que nous connaissions la dictature dans pas si longtemps que cela (qui incidemment vous mettra au chômage, parce que la multiplicité des supports mediatiques - au surplus libres - et la dictature font rarement bon ménage). Et j'invite tous ceux qui pensent que j'ai perdu ma raison en pensant que les mensonges sur les ressources et l'environnement peuvent amener la dictature à constater que Shell, EDF, et des analystes de banque m'accompagnent dans ma folie !

***

Si le sujet est si grave, se dira le lecteur (et la lectrice), ces propos devraient être tenus plus souvent. En théorie oui... sauf que "tenus", cela voudrait dire disponibles dans la presse. Et comme votre profession n'est pas la championne de l'autocritique, et que la quasi-totalité des rédacteurs en chef sont aussi perdus que vous en matière de science (car il faut l'autorisation du chef pour faire un papier ou une émission), il ne se trouve pas des gros paquets de journalistes pour répéter dans les media, à chaque fois que vous donnez la parole à un imposteur, que vous avez fait cela parce au fond vous n'y comprenez rien, ou que c'est la meilleure tactique pour intéresser la masse de vos lecteurs ou auditeurs.

Cette aversion pour l'autocritique est évidemment un traitement de faveur : les media n'ont pas d'états d'âme pour juger la police, les juges, les élus, les capitalistes, les communistes, les scientifiques du climat, les Français, les Chinois, les Américains, les libérations conditionnelles des délinquants sexuels, la qualité des transports en commun, les chasseurs, les écologistes, les grévistes et le prix du pain, mais le seul débat que les media ont du mal à organiser, c'est un débat... sur les limites des informations diffusées par les media. Dommage, un peu de recul sur sa propre situation n'a jamais fait de mal à personne. Sauf erreur de ma part, il fut un temps où tous les journalistes furent collégiens et lycéens, et je serais bien étonné d'apprendre qu'à l'époque ils avaient 20/20 partout et tout le temps, et en particulier en sciences... Etre libre (la "liberté de la presse"), ce n'est pas - en tous cas pas dans mon esprit - avoir le droit de raconter n'importe quoi au motif qu'il n'y a pas de sanction pécuniaire ou légale à court terme. Cela, ce n'est pas être libre, c'est être, au choix, paresseux, cynique, ou immoral.

Une réflexion en amenant une autre, pourquoi votre profession n'est-elle pas dotée d'un code de déontologie et d'une instance capable de le faire respecter, comme cela est le cas pour de nombreuses professions (avocats, notaires, médecins...) où la qualité de l'information fournie a un impact majeur sur les comportements ? Il existe certes une charte du journaliste, promue par plusieurs syndicats de journalistes (et qui m'a été mise en avant dans des réactions à une première version de ce texte), et qui indique qu'un journaliste digne de ce nom "tient la calomnie, les accusations sans preuves, l’altération des documents, la déformation des faits, le mensonge pour les plus graves fautes professionnelles".

Mais :

une charte sans sanctions n'est pas un code de déontologie ; c'est juste une charte sans sanctions,

cette charte date de 1918, à une époque où un journaliste avait un niveau de formation lui permettant de comprendre les arguments dans à peu près n'importe quel débat engageant l'avenir. Cela est devenu grossièrement faux dans le monde de plus en plus technique dans lequel nous vivons,

cette charte est muette sur la conduite à tenir quand le journaliste "n'y comprend rien" (un travers classique est alors que le "je n'y comprends rien" se transforme en "personne n'a de conclusions solides à proposer"),

rapporter sans les déformer et sans porter de jugement négatif les propos d'un menteur n'est pas nécessairement considéré, au regard de cette charte, comme une complicité de mensonge, mais peut au contraire être considéré comme un travail honnête de description d'une forme de réalité !

Malgré ses manques, cette charte incite cependant à faire exactement ce qui est l'objet de cette lettre ouverte un peu rude : réfléchir avant de faire n'importe quoi. Vous qui donnez la parole à tout opposant à ce qui a été dit la veille sans réfléchir aux conséquences de vos actes, passez donc du temps à vous documenter correctement, au lieu de vous comporter comme si la paresse ou le cynisme tenaient lieu de compétence. "Ce ne sont que des mots", allez, ce n'est pas si grave ! Si justement c'est grave ; si le pouvoir des mots était nul la publicité n'existerait pas, pas plus que les discours de campagne, les ministres de la propagande chez les dictateurs, ou... la suppression de la liberté de la presse dans les régimes totalitaires. Sans "mots" répétés pendant 9 ans, les Allemands, peuple aussi civilisé que les Français, ne se seraient pas laissés entraîner dans la plus grande boucherie que l'Europe du 20è siècle ait connu. Les mots tuent plus sûrement que les armes, et c'est bien pour cela que vous jouez avec le feu en invitant des gens qui, "grâce à" l'ignorance de l'essentiel de mes concitoyens, qui n'auront jamais le temps et la compétence pour lire la production scientifique en direct, les entraînent vers leur propre malheur.

Il y a, dans votre profession, des journalistes consciencieux, voire remarquables, prenant le temps de se documenter, creusant leurs dossiers, cherchant à comprendre d'abord au lieu d'accuser d'abord, faisant l'effort de revenir, dans leur vie professionnelle, sur des notions qui ont dû leur sembler bien arides pendant leurs études, et privilégiant toujours la pédagogie à la polémique quand ils abordent les sujets dits "sensibles". Je ne suis pas intimement persuadé que ces journalistes là portent le plus grand tort à votre profession, et je suis par contre convaincu que ce sont les seuls qui résisteront au jugement de l'histoire.

Retour à l'index
Retour vers le haut de la page