La lune

Manicore

Documentation > Tout ce qui est radioactif > Tout ce qui est radioactif > Discussion autour de quelques idées reçues sur le nucléaire civil
Documentation > Publications > Articles > A propos de quelques objections fréquentes sur le nucléaire civil (janvier 2003)

A propos de quelques objections fréquentes sur le nucléaire civil

première mouture en janvier 2002 - version améliorée paru dans le numéro de Janvier 2003 de la revue "Le Débat" - dernière modification : Août 2012

site de l'auteur : www.manicore.com - contacter l'auteur : jean-marc@manicore.com

***

Que le nucléaire civil tienne une place de choix dans la thématique "environnement" est une évidence. Les discussions dans ce domaine sont bien sur aussi anciennes que la technique elle-même, mais depuis quelques années l'éventualité d'un recours accru à l'électronucléaire pour aider à une baisse rapide des émissions de gaz à effet de serre a donné un nouveau souffle à ce débat. C'est généralement le côté négatif de cette technique qui est souligné : le discours le plus fréquemment relayé par les media est de considérer que le nucléaire civil est potentiellement porteur de désagréments qui ne cèdent en rien à ceux du changement climatique, et donc qu'il faut se passer de cette marge de manoeuvre pour faire baisser les émissions de gaz à effet de serre.

Les arguments présentés à l'appui de cette position semblent souvent tellement forts qu'il est tentant de considérer la question comme définitivement tranchée (en défaveur du nucléaire bien sûr). Pourtant les choses sont loin d'être aussi évidentes : à bien y regarder, de nombreux inconvénients invoqués sont soit basés sur des faits inexacts, soit applicables à d'autres domaines où pourtant il ne nous viendrait pas à l'idée d'objecter de la sorte. Le propos ici ne sera pas d'apporter un soutien inconditionnel à la promotion du nucléaire civil (à la date où j'écris ces lignes je n'ai jamais travaillé directement ou indirectement pour EDF, AREVA, ou le CEA), mais simplement de faire prendre un peu de hauteur de vue au lecteur, en l'invitant à se poser quelques questions simples auxquelles il n'a peut-être pas encore pensé. Pour rendre cet article un peu plus "vivant", j'ai privilégié une présentation sous forme de questions-réponses, ou plus exactement "d'argument-réponse".

 

Avoir 80% de l'électricité produite par du nucléaire est une exception française (donc nous avons tort et tous les autres ont raison)

Il est parfaitement exact que la production française d'électricité fait appel au nucléaire dans des proportions que l'on trouve rarement ailleurs. Mais notre pays a bien d'autres singularités, par exemple celle de posséder plus de fromages que de jours dans l'année, ou encore de financer fortement le cinéma d'auteur. Toute "exception française" est-elle répréhensible, et devrait-elle être supprimée au nom d'un quelconque principe d'uniformité ? Il est amusant de constater que les adversaires de la "mondialisation", population qui présente un assez fort taux de recouvrement avec les personnes engagées contre le nucléaire, réclament dans un autre contexte le "droit à la différence", différence qui sert ici de repoussoir !

En fait, se contenter d'invoquer la forte proportion du nucléaire dans la production électrique française comme raison d'en faire moins est essentiellement commode pour ne pas examiner les choses au fond : être hors de la norme ne signifie pas que l'on ait tort ou raison de ce seul fait. Tout dépend des circonstances...

 

le nucléaire, ce n'est pas démocratique

Il est parfaitement exact qu'aucune consultation démocratique explicite n'a précédé la décision d'investir dans l'électronucléaire en France dans les années 70. Mais cette modalité de production d'énergie ne détient pas le privilège d'être la seule dans ce cas : aucune autre n'en a jamais fait l'objet. A-t-on consulté les électeurs d'un quelconque pays occidental avant de se lancer dans la "civilisation du pétrole" ? A-t-on organisé un référendum avant de construire les barrages français, ou le plus grand du monde, celui des Trois Gorges en Chine ? A-t-on consulté les électeurs où que ce soit dans le monde avant de construire des centrales électriques à charbon, grosses émettrices de gaz à effet de serre ? A-t-on consulté les électeurs européens avant la rédaction de la directive européenne sur l'électricité renouvelable, qui est directement à l'origine du foisonnement des projets éoliens, ou celle sur la déréglementation des marchés de l'électricité, qui va favoriser les investissements de court terme, donc inciter au remplacement des centrales nucléaires en fin de vie par du gaz, et donc favoriser l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre à consommation constante ? Enfin notons que les entités opérant dans le nucléaire sont, en France, des entités publiques (enfin pour le moment....), et sont, de ce fait, bien plus soumises au "contrôle démocratique" que les pétroliers.

En prolongeant un peu le propos, nous pouvons aussi noter qu'un débat démocratique sur le nucléaire civil pris isolément n'aurait probablement pas grand intérêt, ou plutôt on en viendrait rapidement à discuter de l'énergie en général, ne pouvant alors éviter d'aborder :

la quantité globale d'énergie que nous souhaitons consommer (savoir si il faut recourir ou non au nucléaire est une question qui n'a de sens qu'une fois précisée la consommation d'énergie désirée),

les alternatives possibles. Maintenant que les inconvénients liés à la consommation d'énergie fossile, en particulier, sont bien connus, pas de nucléaire (et donc éventuellement du charbon ou du gaz, pour en remplacer une partie, avec plus d'émissions de gaz à effet de serre), est-ce nécessairement plus écologique que du nucléaire ? Il est intéressant de noter que, déjà en 1970, les auteurs du "rapport du Club de Rome" considéraient que non !

Quoi qu'il en soit, il n'y a pas de raison particulière de dissocier la discussion sur le nucléaire en particulier de la discussion sur l'énergie en général. Or quasiment personne, parmi les écologistes "officiels", n'a jamais prôné un référendum sur l'énergie.

Enfin, autant les antinucléaires sont prompts à dénoncer le "manque de démocratie" qui a entouré le démarrage des programmes électronucléaires, autant ils s'accomodent très bien des situations où une décision de sortie du nucléaire n'est pas passée par la case "référendum" ! La manière dont la "sortie du nucléaire" a été gérée en Allemagne ou en Belgique reste difficile à qualifier de modèle d'expression citoyenne, et pourtant les antinucléaires n'ont pas été chagrinés pour autant !

Pour finir par une réflexion parfaitement "pieds dans le plat", il faut se garder de considérer toute décision comme parfaite dès lors qu'elle est démocratique : Hitler a été porté au pouvoir de manière parfaitement démocratique ! Que l'on ne se méprenne pas : je suis profondément démocrate. Mais entre être favorable à un système et le parer de toutes les vertus, il y a une marge que Churchill ou Tocqueville ont si bien immortalisée...

 

EDF (le nucléaire français) est en situation de monopole

NB : cette affirmation date de l'origine de la page, en 2011 c'est moins vrai...

Cela était vrai aussi avant qu'EDF ait du nucléaire ! Et la compagnie nationale a été en situation de monopole dans bien des pays occidentaux, avec des centrales à charbon ou à pétrole...

Et puis, en matière de production d'électricité "de masse", qu'un oligopole d'acteurs privés soit préférable à tous points de vue à un monopole public reste à prouver : l'actualité du début du 3è millénaire n'apporte pas toujours de l'eau au moulin des partisans de la "libéralisation" !

 

On peut remplacer le nucléaire par des énergies renouvelables et des économies d'énergie

Cette affirmation est qualitativement parfaitement exacte, même si ce remplacement serait essentiellement fait par des économies d'électricité, et marginalement par des énergies renouvelables. Toutefois, avant d'en tirer des conclusions pratiques, elle demande à être complétée par la réponse à ces deux questions :

pourquoi affecter en priorité d'éventuelles économies d'énergie - dont je suis un fervent partisan - à la "sortie du nucléaire", et non à la "sortie du fossile" ? Supposer que la sortie du nucléaire est prioritaire implique que le changement climatique ou la dépendance de l'extérieur sont des facteurs de trouble de deuxième ordre devant le nucléaire civil. Est-ce si évident ?

les renouvelables sont-elles plus écologiques que le nucléaire ?

Cette deuxième question surprendra peut-être, mais finalement sa réponse est loin d'être évidente. En effet, les énergies renouvelables ne sont pas uniquement vertueuses, ne serait-ce que parce qu'elles requièrent souvent une très grande occupation des sols pour fournir des quantités significatives d'énergie. Par exemple, remplacer une centrale nucléaire par de l'hydroélectricité (renouvelable) impose de noyer une vallée (le potentiel de ce que l'on appelle les "micro-centrales" est très faible). Est-ce souhaitable ? La construction du barrage des Trois Gorges (Chine) a nécessité d'évacuer un million de personnes, qui sont assurées de ne jamais revenir chez elles, alors que Tchernobyl comme Fukushima ont engendré l'évacuation de 5 à 10 fois moins, et il y a déjà ou il y aura de la réversibilité. Les Trois Gorges ont détruit de manière planifiée toute vie terrestre à l'emplacement du futur lac de barrage, comme c'est le cas avec tout nouveau lac de barrage, ce qui n'est pas le cas, loin s'en faut, pour les zones ayant subi des retombées radioactives (voir plus bas).

Remplacer une centrale nucléaire par l'énergie du vent impose de construire quelques milliers d'éoliennes ET de construire des centrales à énergie fossile ou des barrages pour les jours ou les heures sans vent (voir détails sur l'éolien). Est-ce un bon arbitrage ? Même remplacer le nucléaire par des panneaux photovoltaïques conduirait aujourd'hui à une augmentation des émissions de gaz à effet de serre car la fabrication dedits panneaux est encore une industrie assez consommatrice d'énergie et assez polluante. Si le potentiel du solaire à moyen terme est cependant très important, est-ce vraiment pour remplacer le nucléaire qu'il faut y recourir ?

Enfin, comme le potentiel des renouvelables ne permettrait absolument pas de remplacer la totalité du nucléaire, "remplacer les centrales nucléaires par des renouvelables et des économies d'énergie" signifie, en pratique, une diminution rapide de 50% à 75% de la consommation d'électricité en France. Question : pouvons nous avoir la description de telles économies, avec quelles hypothèses, à quel coût, et en agissant avec quels dispositifs pratiques ?

Consommation électrique par usage en France, en Twh (1 TWh = 1 milliard de kWh), en 1997.

Et surtout l'essentiel est dans la hiérarchie : certes "on peut" remplacer le nucléaire par des renouvelables et des économies d'énergie. Mais la bonne question est : ne vaut-il pas mieux remplacer d'abord le pétrole, le gaz et le charbon, dont les dangers sont autrement plus importants, par ces énergies et ces économies indispensables ?

 

Le nucléaire ne fait que 6% de la consommation d'énergie dans le monde aujourd'hui, donc ce n'est pas une solution à l'effet de serre

Le nucléaire ne fournit effectivement que 6 à 7% de la consommation d'énergie dans le monde aujourd'hui, à égalité avec l'hydroélectricité. Comme les émissions de CO2, le principal gaz à effet de serre, sont le fait des 85% restants (hors hydroélectricité et nucléaire, donc) on entend parfois l'argument comme quoi nucléaire ou pas de nucléaire, cela ne fait pas de différence dans la lutte contre les gaz à effet de serre. Mais en raisonnant de la même manière, on peut aussi disqualifier toutes les énergies renouvelables sauf le bois et l'hydroélectricité, car chacune représente bien moins de 1% de la consommation mondiale d'énergie aujourd'hui !

Bien évidemment, cet argument - qu'il s'applique au nucléaire ou à autre chose du reste - assimile abusivement présent et futur, considérant, sans autre forme de démonstration, que 6% aujourd'hui condamnent pour l'éternité le nucléaire civil à ne faire que 6% tout au plus demain. Mais avant de représenter 40% de la consommation mondiale d'énergie, il fut un temps ou le pétrole représentait 1% seulement....

Plus sérieusement, il y a des scenarios qui envisagent, pour diviser les émissions de gaz à effet de serre par 2, un recours massif à l'énergie nucléaire, associé à de très sérieuses économies d'énergies, et dans de tels scenarios l'énergie nucléaire représenterait bien plus de 6% de l'énergie mondiale. Il n'y a pas d'argument "physique", aujourd'hui, qui pourrait permetter de conclure qu'un tel scenario est impossible.

 

Le nucléaire, cela fait plein de déchets dont personne ne sait quoi faire

Hélas, toute activité humaine engendre des déchets, et bon nombre d'entre eux sont produits en telles quantités qu'ils posent plus de problèmes que ceux du nucléaire civil.

Type de déchet

Production annuelle en France (en tonnes)

Kg par Français et par an
Déchets ménagers

21 000 000

350

Autres déchets municipaux

17 000 000

283

Déchets industriels banals (1)

30 000 000

500

Déchets industriels spéciaux (2)

18 000 000

300

Inertes (3)

100 000 000

1.667

Déchets d'élevage

280 000 000

4.667

Déchets des cultures

65 000 000

1.083

Déchets hospitaliers

700 000

11

Déchets radioactifs de faible et moyenne activité

40 000

< 1

Déchets radioactifs de haute activité

200

< 0,01

Production totale et par Français pour les principales catégories de déchets en 2000

Notes :
(1) il s'agit de déchets sans dangerosité particulière (mais pouvant éventuellement se dégrader quand même) : cartons, vieux papiers, verre...
(2) il s'agit de déchets nécessitant généralement un entreposage ou un traitement spécial : solvants usagés, hydrocarbures, produits chimiques toxiques ou dangereux pour l'environnement, vieilles batteries, etc
(3) il s'agit essentiellement des gravats et autres déchets sans toxicité particulière liés à la construction

Source : ADEME, ANDRA

Au vu des chiffres ci-dessus, le nucléaire est-il vraiment un producteur significatif de déchets, même toxiques (tous les déchets industriels spéciaux le sont plus ou moins), dans l'ensemble de nos activités industrielles ? Il sera peut-être utile de préciser que les "déchets nucléaires" désignent uniquement, le plus souvent, les déchets de haute activité. Il faut aussi noter que, selon les technologies utilisées, ce qui est un déchet dans un contexte donné peut devenir une matière première pour produire de l'énergie dans un autre contexte. C'est notamment le cas du plutonium, matière fissile qui est généralement considérée comme un déchet, mais peut aussi servir de combustible dans un réacteur à neutrons rapides.

Même en se restreignant à l'énergie, le nucléaire n'a pas le monopole de la production des déchets : tous les modes de production d'électricité en font ! Lorsque l'électricité est produite à partir de combustibles fossiles, le déchet s'appelle entre autres...le gaz carbonique, gaz à effet de serre (la première source d'émission humaine de ce gaz, au monde, est précisément la production d'électricité). A tout prendre, qu'est-ce qui est préférable : avoir des déchets solides (nucléaires), que l'on peut mettre dans une poubelle (la Hague ou Bure), et surveiller, ou avoir un déchet gazeux (le CO2), qui, dès qu'il part dans l'atmosphère, échappe à tout contrôle, et est susceptible d'engendrer des conséquences globales et irréversibles sur des milliers d'années ? (donc un stress alimentaire croissant qui tuera bien plus de monde que quelques déchets nucléaires)...

Lorsqu'il s'agit de charbon (50% de l'électricité dans les pays de l'OCDE aujourd'hui), il y a pour commencer des cendres : délivrer la même puissance que celles de nos centrales nucléaires avec de la houille nous gratifierait de plus de 20 millions de tonnes de cendres par an (contre actuellement 40 000 tonnes de déchets radioactifs tout compris, soit 2% de cette quantité, et seulement 200 tonnes de très radioactives, soit un dix-millième, en tonnage). Et en plus même les cendres de charbon sont un peu radioactives ! Cela est du au fait que le charbon contient beaucoup d'mpuretés, dont quelques éléments radioactifs, qui ne sont pas combustibles et que l'on retrouve dans les cendres. Mais il y a aussi un paquet d'autres nuisances.

 

Mais les déchets sont actifs pendant des centaines de milliers d'années.

Cela est parfaitement exact, même si leur activité décroît au cours du temps, de telle sorte qu'ils ne sont pas dangereux au même niveau pendant toute cette durée, l'essentiel de la dangerosité concernant les 1000 premières années : au bout de ce laps de temps, les déchets ne sont pas beaucoup plus radioactifs que l'uranium initialement mis dans le réacteur, qui se manipule à mains nues sans danger.

Contribution des divers constituants d'une tonne de combustible usé à l'activité radioactive. Le trait horizontal est l'activité d'une tonne de combustible initial, soit un peu moins de 10 000 Gigabecquerels (1 GBq = 1 milliard de Bacquerels). Attention, l'échelle est logarithmique !

L'activité d'un être humain - nous sommes tous, parfaitement normalement, faiblement radioactifs - est de l'ordre de 10 000 becquerels, et quelques milliers de milliards de becquerels ne présente aucune dangerosité particulière au sein des risques industriels (du reste le combustible destiné à être enfourné dans un réacteur se manipule sans protection particulière).

Nous constatons que :

l'essentiel de la radioactivité du combustible usé provient des produits de fission (dont les divers isotopes de l'iode), dont la radioactivité repasse en moins de 1 000 ans sous celle du combustible initial.

c'est le plutonium qui est responsable essentiel de la caractéristique "longue durée de vie", mais après retraitement il disparait des résidus, et peut servir de combustible dans les filières Mox, ou celles communément appelées "surgénérateurs" (dont Phénix et Superphénix sont des prototypes).

Mais dans les déchets industriels spéciaux, qui mobilisent d'ordinaire moins l'attention, il y a des composés chimiques dont la "durée de vie" est aussi très importante (les polluants organiques persistants, par exemple), voire infinie, et si nous confinons 200 tonnes de déchets nucléaires chaque année (les centrales nucléaires françaises produisent environ 200 tonnes de déchets de haute activité par an, c'est-à-dire à peu près le volume de 4 ou 5 voitures), nous dispersons dans le même temps 100 000 tonnes de pesticides de synthèse dans la nature, dont la toxicité aiguë est parfois proche de celle des déchets nucléaires, et les effets sur l'environnement bien plus importants.

Le parathion, par exemple, a tué des enfants suite à des absorptions de 2 milligrammes de produit, soit une quantité voisine de ce qu'il serait nécessaire d'absorber en déchets nucléaires à haute activité pour tuer un adulte (environ 0,5 mg). Voici donc 200 tonnes de déchets nucléaires soigneusement confinés d'un côté, et 100 000 tonnes de produits chimiques très actifs, dont certains sont presque aussi dangereux que les déchets nucléaires, dispersés allègrement dans la nature de l'autre, et pourtant, envisageons-nous de renoncer d'abord à la viande abondante, dont la production de masse rend nécessaire l'agriculture intensive ?

Enfin les déchets nucléaires, contrairement à une idée répandue, peut-être parce que c'est le même adjectif que l'on emploie pour ce qui touche à l'énergie atomique (la bombe nucléaire, la centrale nucléaire, les déchets nucléaires, un peu comme si on disait une usine chimique, une bombe chimique - à la place d'une bombe conventionnelle - et des déchets chimiques - à la place des polluants...), ne peuvent en aucun cas "exploser" ou encore se déplacer très loin en cas de fuite ou de problème quelconque. Une rupture de confinement pose un problème uniquement local (les déchets ne sont pas des explosifs !), dont l'ampleur n'aurait rien à voir avec, par exemple, celle d'un accident industriel majeur.

Pour finir, posons nous une question simple : à choisir, ne vaut-il pas mieux échanger un problème qui dure sur 1 000 ans, mais que nous sommes capables de transmettre à nos héritiers immédiats dans des conditions acceptables, contre un morceau d'un problème majeur qu'est le changement climatique, dont les effets catastrophiques peuvent survenir en moins d'un siècle, peuvent subsister pendant des milliers d'années (ou même plus), et que nous ne savons pas, aujourd'hui, transmettre dans des conditions acceptables à nos enfants ?

 

Le retraitement des déchets nucléaires est une ineptie, qui coûte cher (variante : le retraitement est condamné à terme)

Il existe bien d'autres filières de recyclage et de récupération qui ne sont pas immédiatement rentables économiquement au moment de leur mise en oeuvre. Appliquer cet argument sans discernement conduirait donc à jeter à la poubelle - sans mauvais jeu de mots - bien d'autres opérations de "valorisation", par ailleurs parées de toutes les vertus par les mêmes qui refusent la récupération des éléments encore exploitables dans le combustible "usé". Le coût du retraitement n'est pas décisif dans le prix du kWh, et cela permet par contre d'exploiter un peu mieux le "contenu énergétique" du combustible (mais beaucoup moins que si l' on recourrait à la surgénération). En bref, il faudrait recycler tous les déchets sauf ceux-là ? Comprenne qui pourra....

 

Selon des critères privés le nucléaire ne peut survivre ; il faut obligatoirement des subventions pour le faire survivre

Il y a trois choses à répondre à cela.

une réponse de principe : le fait qu'une activité soit subventionnée n'est pas nécessairement le signe qu'elle est nuisible pour la collectivité. Le Réseau Ferré de France n'est pas non plus rentable et ne peut survivre que subventionné. Faut-il supprimer le chemin de fer ?

Deux contestations du fait même :

- les comptes d'exploitation des sociétés "commerciales" du nucléaire, telles EDF (qui, achetant actuellement à tour de bras des centrales à charbon, à gaz et à pétrole à l'étranger est de moins en moins une société "tout nucléaire", ce qui devrait réjouir les adversaires de ce mode de production) ou Areva, sont généralement bénéficiaires, et ceux des organismes publics qui ne vendent rien, tels le CEA, n'ont pas plus à l'être que ceux du CNRS (ou de la police !),

- le courant produit par une centrale nucléaire, sur sa durée de vie, est ce que l'on fait de plus économique avec le système de prix actuellement en vigueur.

 

Le nucléaire est une activité très dangereuse

Hélas pour nous, nombre de nos activités sont plus ou moins dangereuses ! Les voitures font environ un million de morts par an dans le monde (et le risque n'est pas choisi pour le piéton qui se fait écraser, contrairement à un argument souvent utilisé), fumer est une des premières causes de mortalité prématurée dans nombre de pays (idem : le fumeur passif ne choisit pas grand chose), boire de l'alcool est dangereux, avoir des usines chimiques est dangereux.... La bonne question est : le nucléaire est-il plus dangereux que le reste de nos activités industrielles, et surtout les risques qu'il nous fait courir sont-ils disproportionnés par rapport aux bénéfices ?

Si nous restons sur les accidents, le Programme des Nations Unies pour l'Environnement a recensé les accidents industriels majeurs survenus entre 1970 et 1998. On entend par "accident industriel majeur" tout événement qui a fait plus de 25 morts à bref délai, 125 blessés, 10 000 évacués ou 10 M$ de dégâts. Il est intéressant de regarder (ci-dessous) quelle est la répartition des morts et blessés par cause, sachant que Tchernobyl est compris dans le lot, mais par contre que les morts survenus dans les mines de toute nature (quelques milliers par an rien que pour l'extraction du charbon en Chine, soit plus de 50 000 morts sur la période) n'y sont pas, non plus que les décès dus aux ruptures de barrages.

Morts résultant des catastrophes industrielles majeures survenues entre 1970 et 1998. Source Nations Unies

Blessés résultant des catastrophes industrielles majeures survenues entre 1970 et 1998. Source Nations Unies

Vous avez bien vu ! Tchernobyl compris (qui fait l'objet d'un développement plus bas), les accidents liés au nucléaire civil ont fait quelques dizaines de "morts immédiats" en 40 ans. Dans le même temps, les raffineries, oléoducs et ... les fabriques de feux d'artifice en ont tué quelques milliers, l'industrie chimique au moins autant, les accidents de mine cent fois plus, et nous ne parlons même pas du tabac qui décime un million d'individus par an. Envisage-t-on, à chaque fois qu'il y a une usine qui explose, de se passer de la chimie ou de pétrole, à chaque fois qu'une fabrique de pétards explose, de supprimer le 14 Juillet, ou, après chaque week-end de Pentecôte, qui fait 3 fois les morts de Tchernobyl, de se passer de la voiture ?

La bonne question ne me semble pas être de savoir si le nucléaire "est dangereux", mais s'il est plus ou moins dangereux que :

nos autres activités industrielles (la réponse est non : il est moins dangereux que la chimie, de très loin, comme l'attestent ces statistiques des Nations Unies),

les autres modes de production d'électricité par lesquels il faut partiellement le remplacer si nous nous en passons.

Pour cette deuxième question, voici la conclusion de l'Organisation Mondiale de la Santé. Il se trouve, en outre, que j'en connais personnellement un ancien sous-directeur général, actuellement à la retraite, que j'ai le plus grand mal à imaginer comme étant aujourd'hui à la solde de quelque groupe de pression que ce soit, et donc qui n'aurait pas manqué de souligner si ces chiffres étaient fantaisistes. Mais il est vrai que le jugement de personne n'est infaillible !

Mode de production

Morts par GW électrique par an, conditions normales d'exploitation

Charbon

1,3 à 17

Pétrole

1,5 à 11,1

Nucléaire

0,3 à 3

Dangerosité de la production d'électricité : morts par GW de puissance installée et par an, selon le type d'énergie primaire. Source : Nuclear Power and Health, World Health Organization, 1994

Ces chiffres tiennent compte, bien entendu, de l'exposition aux radiations des travailleurs du nucléaire dans un contexte normal. Question : l'Organisation Mondiale de la Santé - dont il n'est pas notoire qu'elle soit un sous-marin d'AREVA ou du CEA - nous raconte-t-elle des salades ?

 

Mais Tchernobyl aurait tué des dizaines de milliers de personnes...

En ce qui concerne l'accident de Tchernobyl, la majorité des informations qui circulent sont de 3è main, quand ce n'est pas plus : "quelqu'un" m'a dit qu'on lui a dit que etc..... La quasi-totalité des choses que l'on peut lire ou entendre dans les media n'émanent pas de médecins ou de biologistes en direct, mais de militants antinucléaires, qui ne publient pas dans des revues scientifiques à comité de lecture. Ce mode de fonctionnement des media autorise toutes les manipulations, par exemple en montrant à la télévision des gens malades, que l'on relie sans autre forme de procès à cet accident.

Mais comme les photos ci-dessous le montrent, toutes les difformités ne viennent pas du nucléaire : il peut y avoir bien d'autres causes, et ce qui suit est du... au charbon (et si j'avais écrit que les deux malformations de droite sont dues à Tchernobyl, une large partie de la presse aurait acheté sans autre forme de vérification !).

Hyperkeratose due à un empoisonnement à l'arsenic en Chine (l'arsenic est disséminé par la combustion du charbon dans les poëles domestiques). Source : Health Impacts of Coal, Robert B. Finkelman, US Geological Survey, 2003

Déformation osseuse due à un empoisonnement chronique au fluor - venant du charbon - en Chine. Source : Health Impacts of Coal, Robert B. Finkelman, US Geological Survey, 2003

Effet combiné d'une déficience en vitamine D et d'un empoisonnement chronique au fluor - venant du charbon - en Chine. Source : Health Impacts of Coal, Robert B. Finkelman, US Geological Survey, 2003

Pour y retrouver ses petits, il faut donc remonter aux informations de "première main", en l'espèce les rapports rendus par les médecins qui ont directement conduit les études épidémiologiques sur les personnes qui ont reçu des rayonnements ionisants à la suite de cet accident.

Une étude épidémiologique est une étude statistique, menée sur un grand nombre de personnes, qui vise à savoir si il existe un effet discernable à moyen terme pour une cause donnée qui n'a pas d'effets immédiats, et si oui d'estimer l'ampleur possible des dégâts ; il en existe par exemple pour la pollution automobile, le tabac, ou encore l'exposition à telle ou telle substance supposée toxique. Ces études sont les seuls moyens à la disposition de la médecine lorsque l'effet n'est pas certain et immédiat, mais arrivera éventuellement "plus tard", et de manière non prévisible au cas par cas. Elles portent généralement sur un très grand nombre (de quelques milliers au moins) de gens qui ont été exposés à un agent supposé nuisible, pour comparer leur évolution avec celle d'un groupe témoin, non exposé, mais autrement similaire en tous points (âge, sexe, profession...) au groupe exposé.

En ce qui concerne Tchernobyl, l'agent pathogène supposé est le surplus de radiations reçues. Cet accident a fait l'objet de plus de 2000 publications médicales dans des revues scientifiques (et les rayonnements ionisants ont fait l'objet d'environ 200 000 articles dans des revues médicales ; rappelons que pour les rayonnements comme pour le tabac ce sont les médecins qui servent d'arbitres en "comptant les morts", pas les militants d'association ni les ingénieurs qui ont construit les centrales !). Un rassemblement des résultats des nombreuses études menées est périodiquement effectué, par des institutions internationales que l'on peut difficilement soupçonner d'être des sous-marins d'Areva, comme par exemple :

l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS),

United Nations Scientific Committee on the Effects or Atomic Radiation (UNSCEAR), division des Nations Unies.

La publication les plus récentes (ONU, 2005) indique que l'accident a fait quelques dizaines de morts à relativement bref délai (essentiellement parmi les premiers "liquidateurs", qui étaient majoritairement des pompiers), a incontestablement provoqué un surplus de cancers de la thyroïde d'environ 4 000 cas (lesquels ont fait à peu près 10 morts à ce jour ; c'est un cancer qui, pris à temps, se soigne assez bien), et que pour le reste il n'est pas possible de caractériser un surplus de pathologies (leucémies, cancers solides, malformations à la naissance, etc) lié à l'accident de Tchernobyl sauf, peut-être, un léger surplus de leucémies pour les liquidateurs les plus exposés.

La borne supérieure du nombre total de décès qui pourraient venir de Tchernobyl (notez le conditionnel !), calculée avec une règle dite "linéaire sans seuil", est de 4 000 morts. Au fait... qu'est-ce qu'une règle "linéaire sans seuil" ?

Diverses formes possibles du lien qui relie la dose reçue par une population (quantité totale de rayonnement, ou d'une substance chimique ingérée ou respirée, etc) et les effets supposés (morts, cancers, maladies, etc). Les diverses formes génériques de "relation dose-effet" sont les suivantes :

la règle "linéaire sans seuil" suppose que l'effet est observé dès que la dose totale est non nulle. Un coefficient de proportionnalité relie alors la dose et l'effet : le nombre de personnes affectées (mortes, malades, développant un cancer) est proportionnel à la dose totale, qui est elle-même proportionnelle à la dose par personne et à la population. Avec cette règle sans seuil, par exemple, une seule cigarette fumée par personne au cours d'une vie engendre déjà des cancers supplémentaires.

la règle "non-linéaire sans seuil" suppose aussi que l'effet est observé dès que la dose totale est non nulle. Par contre l'effet n'est pas proportionnel à la dose,

la règle "linéaire avec seuil" supose que sous un certain seuil, il n'y a aucun effet dans la population. Au dessus du seuil, l'effet est observé devient proportionnel à la dose totale. Avec cette règle avec seuil, par exemple, en dessous de X cigarettes fumées par personne au cours d'une vie, il n'y a pas de différence avec des non-fumeurs. Mais au-delà de ce seuil, les cancers supplémentaires sont proportionnels au nombre total de cigarettes fumées par la population concernée

Enfin la règle "avec hormésis" suppose d'une part que l'effet n'est pas proportionnel à la dose, et surtout que pour les faibles doses l'effet est un gain d'espérance de vie (ou une diminution de la morbidité). Dit autrement il y a un effet "vaccin" qui s'applique sous un certain seuil, et qui rend la population plus résistante au-dessus. Une telle règle est pertinente pour toutes les substances qui "guérissent" à petite dose mais deviennent des poisons à forte dose.

On voit donc que ces "4 000 morts au maximum" sont liés au choix d'une règle (linéaire sans seuil), qui, pour le nucléaire, ne se fonde pas sur des études épidémiologiques existantes. La réalité est qu'aucune étude épidémiologique n'a jamais montré le moindre effet dans la population générale en-dessous de 50 mSv par personne et par an. La règle qui voudrait que l'effet soit proportionnel à la dose est cependant utiliée en radioprotection, c'est-à-dire que dans les calculs d'externalités on fait "comme si" c'était la manière dont les choses se passent.

Par ailleurs, pour Tchernobyl, ce surplus de mortalité par cancer s'appliquerait à une population de 600 000 personnes (200 000 "liquidateurs", 130 000 évacués, et 270 000 personnes vivant au sein des zones les plus touchées), dont environ 25% mourront de cancer de toute façon, comme partout ailleurs dans le monde ou presque. Et le Diable est dans ce "environ", parce que, d'une année sur l'autre, sans raisons particulières, la mortalité par cancer varie de plus ou moins 5% pour un pays donné (c'est le cas en France).

En clair, sur les 600 000 personnes concernées, ce n'est pas exactement 150 000, mais de 140 000 à 160 000 individus vont mourrir de cancer sans que l'on sache exactement combien à l'avance (on ne peut rien dire de plus précis). Comment, avec une incertitude "naturelle" de 20 000 décès, attribuer avec certitude à Tchernobyl quelques centaines ou milliers de morts "qui n'auraient pas du être là" ? Comment en être sûr, sachant que les cancers déclenchés par les radiations sont en tous points identiques à ceux qui ont une autre cause ? En clair, le nombre de morts par cancer lié à cet accident ne sera pas détectable compte tenu de la variabilité naturelle.

Mais n'est-ce pas que "on nous cache tout on nous dit rien" ? A chacun de juger si les médecins (car il s'agit pour l'essentiel de médecins hospitaliers, spécialistes du traitement du cancer) qui ont conduit ou expertisé les dizaines d'enquêtes épidémiologiques citées par l'OMS et l'UNSCEAR sont tous des vendus...

Allons plus loin : alors que les lobbies du pétrole et celui de l'automobile, autrement plus riches et plus puissants que celui du nucléaire, n'ont pas pu empêcher les médecins de dénoncer les inconvénients de la pollution automobile ; alors que l'industrie chimique, qui est aussi autrement plus puissante que celle du nucléaire, n'a pas empêché l'Organisation Mondiale de la Santé de dire que Bhopal avait fait des milliers de morts, par quel miracle ce même organisme (l'OMS) se serait alors "écrasé" devant Framatome et Westinghouse pour les morts de Tchernobyl, si des études médicales faites dans les règles de l'art avaient anoncé des milliers de morts ?

Enfin, plus sérieusement, trois éléments doivent rester présents à l'esprit :

Seules 20 ou 30 000 personnes ont reçu du fait de l'accident une irradiation supérieure à ce que nous recevons - sans protester en général ! - pour un examen au scanner,

Cancers et malformations congénitales surviennent "normalement" partout dans le monde : Tchernobyl ou pas, un quart de la population meurt de cancer, et une fraction des naissances a toujours produit des enfants anormaux. Un de mes grand'parents est né sourd, et je suis sûr que c'était avant Tchernobyl (!), et ma soeur est handicapée mentale, et, comme elle est née en 1960, je suis aussi sûr que Tchernobyl n'y est pour rien. Le fait de montrer un enfant handicapé à la télévision ne prouve rien : il y en a toujours eu, et cette affirmation reste valable même si ce qui est montré est un institut rempli d'enfants handicapés (ma soeur a été scolarisée dans un tel institut, et encore une fois Tchernobyl n'y était pour rien). La bonne question est de savoir si après Tchernobyl il y en plus d'enfants présentant un handicap à la naissance que d'habitude, et pour le moment la réponse des médecins est : les données disponibles ne nous conduisent pas à cette conclusion.

l'Ukraine a connu après Tchernobyl une récession majeure, avec toutes sortes de conséquences négatives sur la santé, dont une baisse de l'espérance de vie. Une situation identique (baisse de l'espérance de vie, hausse de la morbidité) se constate en ex-URSS, où il n'y a pas eu d'accident de centrale : le simple constat d'une augmentation des décès n'est pas suffisant pour en attribuer d'autorité la responsabilité exclusive à Tchernobyl, ou à quelque autre cause isolée du reste.

 

Quand même, le nucléaire empoisonne les populations avec les rayonnements

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, voici comment se décomposent les rayonnements ionisants qui nous recevons chaque année, sachant que la dose annuelle reçue par Terrien est de 3 mSv en moyenne (le Sievert, Sv en abrégé, est l'unité de dose reçue pour les rayonnements ionisants), mais peut varier d'un facteur 20 d'un endroit à l'autre de la Terre sans que cette variation soit à l'origine de conséquences sanitaires particulières.

Nature de source

mSv/pers/an

% du total
Radon (le radon est un gaz radioactif qui provient - parfaitement naturellement - de la décomposition du radium, et que nous inhalons tous en petites quantités)

 1,3

42%
Irradiation d'origine médicale (Radiographies, scanners, radiothérapies...)

0,6

20%
Eléments absorbés par alimentation (essentiellement du potassium 40 contenu - naturellement aussi - dans les aliments)

0,5

16%
Rayonnement cosmique

0,4

13%
Rayonnement interne

0,2

6%
Autres origines artificielles (industries minières diverses, retombées atmosphériques des essais militaires, instruments de mesure, certains procédés industriels tels la radiographie de soudures...)

0,1

3%
dont filière électronucléaire

0,01

0,3%

Même question que pour Tchernobyl : les médecins nous racontent-ils tous des salades ?

 

Tchernobyl a contaminé l'environnement pour des siècles

Il faut savoir que "l'environnement", c'est-à-dire essentiellement ce qui n'est pas l'homme, est généralement bien moins sensible aux rayonnements ionisants que notre espèce : une dose mortelle pour nous n'affectera quasiment pas un végétal, un micro-organisme, un insecte, un lézard, ou même certains mammifères : l'homme étant l'une des plus évoluées des espèces, elle est de ce fait l'une des plus sensibles aux rayonnements ionisants.

Plages de doses létales (en Grays) pour différents groupes d'espèces. Une dose de 1 Gray équivaut, selon le type de rayonnement, à une dose efficace de 1 à 20 Sieverts. Source UNSCEAR

En outre, si un animal devient malade à cause d'une irradiation (qui ne le rend pas lui-même fortement radioactif !) ou présente un défaut à la naissance de ce fait, il lui arrivera ce qui arrive à toute bestiole affaiblie ayant des prédateurs : il se fera manger. Là où la conséquence est considérée comme inacceptable pour nous (2% de morts parmi la population, par exemple), elle passe inaperçue dans l'environnement. 2% de morts en plus une année donnée pour des animaux non menacés (rats, cerfs, vers de terre, sangliers ou que sais-je), cela est sans aucune conséquence visible au bout de quelques années.

Ce qui pose problème, en fait, et que l'on désigne généralement par "contamination de l'environnement", n'est pas le dommage de long terme causé aux alentours (lorsqu'un incendie brûle des arbres centenaires, la durée de reconstitution se compte en siècles), somme toute bien moins important que l'idée que l'on en a, mais le fait que les terres locales sont devenues indisponibles pour un usage agricole : les végétaux poussent très bien, car ils ne sont pas gênés par le surplus de radioactivité, mais ils présentent parfois (de manière un peu "aléatoire", car il arrive que cela varie fortement d'une parcelle à l'autre) une concentration en isotopes radioactifs (césium notamment) qui les rendent impropres à la consommation humaine avec les normes que nous nous sommes fixées. Incidemment, il y a matière à un long débat pour savoir si la norme se justifie d'un point de vue sanitaire ou environnemental, parfois...

Toutefois, et même si cela va peut-être choquer certains lecteurs de voir les choses présentées comme cela, l'accident de Tchernobyl a paradoxalement aussi eu une conséquence positive sur "l'environnement", tout simplement en conduisant à l'évacuation des hommes dans un rayon de 30 km autour de la centrale, devenus inhabités depuis 15 ans. En effet, la suppression de quasiment toute présence humaine (l'homme est de très loin le premier "prédateur" du milieu naturel) est considérablement plus impactant - dans le sens positif - pour l'environnement que le fonds de radioactivité supplémentaire que l'accident a engendré près de la centrale ! Des comptages effectués indiquent, par exemple, que bon nombre d'animaux prospèrent désormais dans la "zone interdite" bien plus qu'avant l'accident.

Quoi que cela ne soit pas du tout politiquement correct d'énoncer les choses ainsi, on pourrait dire, en caricaturant à peine, que Tchernobyl a converti, de force, des terres agricoles (et une ville) en réserve naturelle (une "réserve naturelle" n'est en effet rien d'autre qu'un endroit où l'homme est prié de ne pas habiter, et de se déplacer sur la pointe des pieds). Le niveau de radioactivité y est certes plus élevé qu'avant l'accident, mais comme il est exposé plus haut cela ne gêne pas l'immense majorité des êtres vivants qui s'y trouve, et dans une large partie de la zone cela ne gênrait même pas les hommes s'ils décidaient d'y retourner.

Il a certes fallu déplacer environ 130 000 personnes pour cela, mais le barrage des trois Gorges en Chine, destiné à utiliser une énergie parfaitement "propre" et renouvelable, a nécessité le déplacement de plus d'un million de personnes et annihilera toute vie non aquatique (et non pas 2%) à l'emplacement du futur lac de barrage, qui va couvrir environ 1 000 km2, et les plus grands lacs de barrage au monde couvrent près de 10 000 km2 (contre environ 2 800 km2 de zone évacuée à Tchernobyl). Rappelons qu'il existe actuellement plus de 30 000 barrages en service dans le monde dont la hauteur de chute est supérieure à 15 mètres, contre 440 réacteurs nucléaires, et que ces derniers produisent à peu près la même quantité d'électricité que ces premiers. Alors, où est la vérité ... ?

Avec des centrales, la bombe n'est pas loin

Il s'agit d'un argument exact dans le raisonnement (au sens où il est effectivement possible d'obtenir de l'explosif militaire à partir de certains types de centrales, Tchernobyl en ayant précisément fait partie) mais qui méconnaît profondément le mauvais côté de la nature humaine : la majeure pays des pays qui ont des centrales nucléaires ont eu la bombe avant d'avoir disposé du nucléaire civil, comme cela a été le cas pour bien des technologies du reste. Le risque de voir des centrales civiles mises au service de la prolifération militaire - qu'il faut absolument éviter, en cela je suis parfaitement d'accord - est donc, hélas pour nous, faible : la bêtise a généralement déjà été faite.

Même aujourd'hui, il reste plus simple et moins onéreux de construire directement une installation permettant de fabriquer de l'Uranium 235 de qualité militaire qu'une centrale nucléaire civile pour extraire ensuite le plutonium 239 des produits de fission.

Faut-il alors, au nom d'un regret, "faire comme si" nous pouvions revenir en arrière ? Pouvons nous sérieusement supposer que la suppression du nucléaire civil rendrait plus facilement envisageable celle du nucléaire militaire ? Ne vaut-il pas mieux, dans le contexte actuel, éviter les raisons de se battre, les difficultés d'accès à une énergie fossile qui va en se raréfiant ou les conséquences du changement climatique pouvant constituer autant d'occasions de le faire ?

Faut-il interdire aux USA - qui ont déjà un arsenal considérable - de nucléariser une plus forte proportion de leur production électrique, au motif que cela leur permettrait d'avoir la bombe ? Faut-il interdire à l'Espagne ou au Canada d'avoir plus de centrales nucléaires pour le même motif, l'un et l'autres ayant déjà des centrales civiles ? Faut-il l'interdire aussi à la Chine, qui a déjà l'arme nucléaire ? Or si nous mettons tous ces pays qui ont déjà la bombe ou des centrales civiles bout à bout, c'est plus de 80% de la production d'électricité mondiale qui est concernée.

En fait, recourir massivement au nucléaire dans les pays de l'OCDE permettrait précisément de laisser le gaz et le pétrole aux pays les plus pauvres - et souvent les plus instables - que l'on ne souhaite pas voir s'équiper d'installations électronucléaires (je serais effectivement inquiet d'apprendre qu'il y a une centrale nucléaire au Soudan) tout en divisant rapidement par deux les émissions mondiales de gaz carbonique, condition sine qua non pour arrêter d'enrichir l'atmosphère en gaz carbonique et donc stopper - avec un délai de quelques siècles - la hausse des températures.

Mais, bien entendu, il est toujours possible de dire que la simple présence de centrales nucléaires "quelque part" permet un trafic de plutonium et donc la fabrication de la bombe "ailleurs". Cela est vrai sur le papier, mais en fait fabriquer une bombe nucléaire est une opération relativement lourde et longue, et tout baser sur le trafic de plutonium en provenance d'autres pays serait vraisemblablement bien plus compliqué et aléatoire que de construire son propre dispositif d'enrichissement de l'uranium 235. En outre, le plutonium produit par une centrale n'est de qualité militaire que lorsqu'il n'a pas été beaucoup irradié, de telle sorte que la fabrication d'une bombe necessite de retirer très souvent le combustible nucléaire du coeur (tous les quelques mois, alors que cette opération n'a normalement lieu que tous les 4 à 5 ans), ce qui n'est pas du tout rentable pour la production d'électricité.

En clair, le risque de voir des bombes apparaître là où nous n'en avons pas envie existe, mais l'existence de centrales nucléaires civiles supplémentaires hors de ces pays ne change pas significativement ce risque.

Il y a parfois un autre argument, plus "philosophique" celui-là, qui consiste à dire que les technologies d'inspiration militaire doivent être systématiquement écartées pour la vie civile. L'application de cet argument devrait hélas me conduire - entre autres - à ne rien publier sur Internet, cet outil étant dérivé d'Arpanet, réseau de communication militaire du Pentagone...

 

Le chauffage électrique est une gabegie

Cet argument, souvent présenté comme antinucléaire, n'est en fait pas spécifique à cette forme de production d'électricité : il tend à récuser, d'une manière générale, l'idée de recourir à l'électricité pour se chauffer, en expliquant que la perte au moment de la conversion de la chaleur en électricité (dans la centrale) est trop pénalisante et qu'il vaut mieux utiliser directement la chaleur chez soi. De fait, si l'électricité est produite avec des combustibles fossiles, il vaut effectivement mieux brûler directement ces combustibles dans une chaudière domestique que de commencer par en faire de l'électricité pour ensuite utiliser cette électricité pour se chauffer (le rendement est moitié moindre en passant par l'électricité).

Mais en France, personne ne peut directement exploiter la chaleur d'une réaction nucléaire chez soi (!). La bonne question devient alors de savoir si il vaut mieux - du point de vue de l'environnement - se chauffer avec de l'électricité nucléaire, même avec un petit complément du au charbon, un rendement de Carnot qui ne vaut que 33% dans la centrale, et les pertes de transport de l'électricité, ou se chauffer avec "autre chose". Si "autre chose" est du gaz, du charbon ou du fioul, l'électricité française se positionne mieux.

Si "autre chose" est du bois ou du solaire thermique, il vaut effectivement mieux utiliser ces sources renouvelables, mais (voir ci-dessus) pas nécessairement pour moins produire d'électricité nucléaire. On pourrait aussi utiliser cette électricité devenue "inutile" pour remplacer du pétrole...

Enfin si le dispositif de chauffage domestique n'est pas un convecteur (qui exploite uniquement l'énergie contenue dans le courant entrant) mais une pompe à chaleur (qui exploite à la fois cette énergie et qui extrait de l'énergie de l'environnement du logement, avec un rendement de l'ordre de 3 ou plus), alors l'énergie restituée dans le logement est supérieure à l'énergie utilisée dans la chaudière de la centrale électrique (cela est vrai quelle que soit la manière de faire fonctionner la chaudière de la centrale : charbon, gaz, nucléaire, mais seulement dans ce dernier cas nous n'avons pas d'émissions de CO2). De la sorte, une chaîne qui commence par une centrale nucléaire puis fait fonctionner des pompes à chaleur présente un rendement global supérieur ou égal à celui d'un d'un chauffage domestique au gaz, CO2 en moins. Alors, toujours une hérésie dans tous les cas de figure, le chauffage électrique ?

 

Le nucléaire coûte cher

Qu'est-ce que parler argent ? C'est rajouter une couche d'hypothèses ou de règles du jeu au monde réel. Ainsi, un prix n'existe pas dans l'absolu. Il existe pour un système économique donné (économie de marché ou économie planifiée), un niveau de correspondance entre offre et demande donné, un niveau de technologie donné, un système fiscal donné, et, si le prix résulte pour partie d'un investissement, des taux d'intérêt en vigueur.

Quand il se dit que quelque chose "coûte cher", est-ce parce que la matière est rare, que la technologie n'est pas au point, que la fiscalité est importante, que les taux d'intérêt sont élevés, que la demande est trop forte... ? En fonction de la réponse, ce n'est pas la même conclusion qu'il faut en tirer. Pour en revenir à notre nucléaire, dire "qu'il coûte cher" dépend donc de quoi on parle :

Suppose-t-on qu'il coûte-t-il cher au consommateur ? Ce serait inexact, en tout cas, de dire qu'il coûte plus cher que les autres modes "classiques" de production : sur la durée de vie d'une centrale, le kWh électronucléaire est l'un des moins chers et des moins volatils qui soient. Notons que toutes les énergies renouvelables coûtent bien plus cher que le nucléaire, sauf le bois et l'hydroélectricité. Est-ce une raison pour ne pas s'y intéresser ?

Suppose-t-on que le nucléaire coûte cher en importations ? Lorsqu'un Français consomme une tonne équivalent pétrole d'énergie primaire (soit le quart de la consommation moyenne par habitant), il en coûte à la France moins de 10 euros de minerai d'uranium si cela est de l'électricité nucléaire, mais notre pays doit débourser environ 100 euros s'il s'agit de pétrole (voir prix de l'énergie). Le fait que le consommateur paye aussi cher son kWh d'électricité domestique que son kWh d'essence à la pompe (voir prix de l'énergie) correspond entre autres au fait que le nucléaire nécessite plus d'emplois en France que le pétrole pour une même quantité d'énergie finale mise à disposition.

Suppose-t-on qu'il coûte cher en préparation de l'avenir ? Par unité d'énergie produite, la recherche sur le nucléaire civil coûte deux fois moins cher que la prospection pétrolière,

Suppose-t-on qu'il coûte cher en dégâts causés à l'environnement ou aux populations ? Un étude récente du Conseil de l'Europe indique qu'en ce qui concerne les "coûts cachés" (ce que les économistes appellent les externalités) liés à la consommation d'énergie, notamment les émissions de gaz à effet de serre pour les énergies fossiles, "il n'y a pas photo", pour reprendre une expression célèbre : la prise en compte de ces externalités est bien plus défavorable aux combustibles fossiles qu'au nucléaire.

Enfin suppose-t-on qu'il coûte cher à cause du futur démantèlement des centrales ? Ce point est abordé plus bas.

Non seulement la plupart des affirmations de "cherté" de l'énergie nucléaire sont parfaitement inexactes, mais, encore une fois, la discussion sur l'économie est finalement secondaire : les quatre choses qui comptent sont les dommages réels causés à l'environnement, la balance commerciale, l'emploi et les comptes publics. Or dans chacun de ces quatre domaines l'énergie nucléaire se positionne plutôt mieux que ses concurrents immédiats, aptes comme elle à la production d'électricité en masse. Et puis, encore une fois, invoquer (à tort en ce qui concerne le nucléaire) le coût comme argument conduit à disqualifier aussi les énergies renouvelables, généralement considérées par les anti-nucléaires comme "parfaites". Alors ?

 

Le nucléaire ne permet de faire que de l'électricité

L'éolien, l'hydraulique et le solaire photovoltaïque aussi, et pourtant ce sont des modes qui sont généralement bien considérés par les adversaires du nucléaire, à l'exception de la grande hydraulique (non sans raison).

Loin de moi, cependant, l'idée que ces formes d'énergie sont sans intérêt. Mais en quoi faut-il se désintéresser d'une source d'énergie parce qu'elle ne permet de faire "que de l'électricité" ?

En outre il serait théoriquement parfaitement possible d'exploiter aussi la chaleur des centrales nucléaires (actuellement rejetée dans les rivières, la mer, ou dissipée dans les tours de refroidissement, ce qui est effectivement dommage), si nous nous donnions la peine de nous creuser un peu la cervelle : la cogénération nucléaire, quoi !

 

Le nucléaire dépend d'une ressource limitée : l'uranium

Cela est aujourd'hui parfaitement exact : les centrales actuelles ne savent "brûler" que de l'Uranium 235, seul isotope fissile de l'uranium et qui ne constitue "que" 0,7% de l'uranium terrestre (le reste est de l'uranium 238). La fission est "l'éclatement", suite à l'absorption d'un neutron qui le rend instable, d'un gros noyau en deux noyaux plus petits, avec émissions de plusieurs neutrons et de rayons gamma. L'énergie est contenue dans la vitesse des particules qui résultent de cette fission, et dans les rayons gamma.

L'Uranium 235 - un des isotopes de l'uranium - est peu abondant dans la nature sous forme exploitable (il y en a beaucoup dans l'eau de mer, mais à une concentration très faible). Avec la technologie utilisée dans les centrales actuellement en service, le nucléaire dispose de ressources qui sont du même ordre de grandeur que les réserves de pétrole, mais guère plus.

Mais il n'y a pas qu'une seule énergie nucléaire. Une autre filière, "durable" celle-là, permettrait de contourner ce problème : la surgénération, qui désigne une réaction produisant, dans un premier temps, plus de matériau fissile qu'elle n'en consomme. Cela s'obtient en utilisant des éléments dits "fertiles", tels que l'Uranium 238 ou le Thorium 232 (nous aurions alors quelques millénaires devant nous). Un atome "fertile" a besoin de 2 neutrons (au lieu d'un seul) pour fissionner : un premier neutron - à la bonne vitesse - le rend fissile, et après avoir reçu un deuxième neutron, il fissionnera à la manière de l'Uranium 235.

Les éléments fertiles sont bien plus abondants que l'Uranium 235 : environ 200 fois plus pour l'Uranium 238, par exemple, et 4 à 500 fois plus pour le Thorium 232. Les surgénérateurs ont d'autres avantages : ils permettent de "brûler" le plutonium issu du retraitement des déchets des centrales classiques ou du démantèlement des armes nucléaires et font moins de déchets finaux que les réacteurs classiques.

Mais comme il est techniquement plus facile de gérer des matériaux fissiles que fertiles, et surtout que les matériaux seulement fertiles sont inappropriés pour faire des armes, dont la fabrication a historiquement (et malheureusement) été la raison première de s'intéresser au nucléaire, c'est d'abord aux matériaux fissiles que l'attention a été portée, malgré qu'ils soient les moins abondants.

Cela ne signifie pas que la surgénération - donc l'exploitation des matériaux fertiles - soit hors de portée. Nous avons par exemple eu un surgénérateur raccordé au réseau en France : Superphénix. Il n'a pas été abandonné parce que "cela n'aurait jamais marché", puisque la centrale a fourni du courant au réseau pendant plusieurs années. Certes, elle n'a pas fonctionné dès le premier essai, et a connu des ennuis techniques divers (mais jamais très graves), mais que les choses ne marchent pas du premier coup est plus la règle que l'exception en matière de recherche ! Car Superphenix était un prototype, pas un réacteur commercial.

Que Superphénix ait correctement fonctionné ou pas, son abandon a de toute façon été essentiellement politique, consécutive à l'arrivée des Verts au pouvoir, dont la lutte contre le nucléaire civil (étonnamment on ne les entend presque jamais pester contre le nucléaire militaire) est le ciment fondateur.

Extrait d'un sondage paru dans Les Echos le 11 janvier 2002

Réponse à la question suivante posée aux adhérents des Verts : si votre mouvement ne devait obtenir qu'une chose du gouvernement en place, que souhaiteriez vous que ce soit ?

Par ailleurs, ce même sondage indique que 87% des verts sont pour l'abandon définitif de l'énergie nucléaire dans un délai de 10 ans.

Il existe aujourd'hui dans les cartons des projets divers de surgénérateurs, utilisant des technologies différentes de Superphénix (qui présentait des faiblesses, assurément, par exemple utiliser du sodium fondu comme fluide de transport de la chaleur, cela n'enthousiasmait pas grand monde...). Mais seront-ils lancés à temps pour nous offrir la marge de manoeuvre qu'ils nous permettraient ? Il faudrait en effet quelques dizaines d'années, difficilement compressibles, entre la décision de construction d'un prototype et le raccordement au réseau d'une installation commerciale : en aucun cas un recours significatif au nucléaire ne peut s'actionner à bref délai le jour où nous déciderons que nous avons assez vu le pétrole comme cela.

Enfin, à plus long terme (mais les spécialistes pensent qu'il est illusoire d'espérer quoi que ce soit avant 50 à 100 ans) la fusion, qui est aussi une énergie nucléaire, sera peut-être mise au point. Il est du reste assez amusant que les "antinucléaires" soient plus "anti-fission" (contre l'uranium), ou "anti-surgénération" (contre le plutonium) que "anti-fusion" (contre le tritium), alors que, fondamentalement, ce sont uniquement des manières distinctes d'exploiter une même énergie nucléaire (c'est-à-dire qui provient du noyau de l'atome, nucleus en latin). La fusion n'est-elle pas parfaite, aujourd'hui, essentiellement parce qu'elle est toujours virtuelle ?

 

Un pays avec des centrales nucléaires est un pays indéfendable en cas de guerre

Admettons qu'aujourd'hui nous n'ayons plus de nucléaire. Aucune combinaison d'énergies renouvelables ne pouvant fournir la consommation actuelle de la France (et il s'en faut de beaucoup), cela signifie que notre société dépendrait essentiellement du gaz, du charbon et du pétrole, tous importés en quasi-totalité. Un pays dépendant à presque 100% de l'étranger pour son approvisionnement en énergie est-il parfaitement défendable ?

Admettons qu'il faille encore augmenter les émissions de gaz à effet de serre, comme le propose le réseau "sortir du nucléaire", en remplaçant le nucléaire par du gaz (et qui partage cette position avec les dirigeants d'un certain nombre de grands acteurs parfaitement capitalistes et privés de l'énergie, ce qui ne manque pas de sel) ; cela figurait aussi dans le programme de campagne des Verts aux présidentielles. Un pays qu'un climat devenu fou rend invivable est-il parfaitement défendable ?

Et Ben Laden, direz vous ? En temps de guerre ou de terrorisme, cette dernière éventualité ayant donné lieu à de nombreuses déclarations tonitruantes récemment, il vaut bien mieux bombarder un coeur de ville ou une tour de la Défense qu'une centrale nucléaire (ou La Hague) si le but recherché est de maximiser le nombre de décès, comme en atteste le recul dont on dispose maintenant sur les conséquences comparées de Tchernobyl et des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats Unis. Enfin une centrale nucléaire est plutôt plus résistante qu'une centrale à gaz (à cause des enceintes en béton), quand, de toute façon, un pays ennemi serait tenté de bombarder les centrales pour couper l'approvisionnement en électricité.

De ce fait, toute centralisation de la production d'électricité est un facteur de vulnérabilité en cas de conflit, que ce soit avec du nucléaire, des barrages, ou autre chose, et les risques sanitaires ne sont pas maximaux avec le nucléaire. La rupture d'un barrage, par exemple, n'est pas nécessairement une catastrophe préférable à un bombardement de centrale nucléaire, et n'est pas moins difficile. Faut-il aussi interdire les barrages pour cette raison, en rappelant qu'ils ont fait bien plus de victimes à ce jour que les centrales nucléaires ?

 

Le "lobby" du nucléaire n'est pas transparent ni démocratique

Cette affirmation correspond à une certaine réalité, mais les choses sont, encore une fois, moins simples qu'il n'y paraît.

D'abord, le "lobby" du nucléaire ne ressemble pas à un "lobby" habituel, comme, par exemple, celui de la chimie, des constructeurs d'automobiles ou de l'agriculture céréalière, car, contrairement aux cas de figure précités, ou les constituants du "lobby" sont des entreprises privées, l'essentiel des acteurs du nucléaire civil sont des administrations (CEA), ou des entreprises publiques (EDF, Areva). Evidemment, si, pour des raisons qui m'échappent encore du reste, Areva et EDF sont "privatisées", cet argument deviendra caduc ! Il y aura alors bien un "lobby nucléaire".

C'est une distinction importante : lorsque le "lobby" est constitué d'acteurs privés, il est le bailleur de fonds de l'Etat, à travers les impôts qu'il paye, l'activité qu'il engendre, et, quelques fois (voir Enron, ou "affaire Elf") il est aussi le bailleur de fonds des partis politiques, voire des hommes politiques eux-mêmes. Si nous voyons les choses de manière cynique, en pareil cas le "lobby" peut menacer d'aller faire ses affaires ailleurs, emportant au passage impôts sur les bénéfices, charges sociales et emplois, et cela lui donne incontestablement des moyens d'action importants pour faire valoir ses vues.

Lorsque le "lobby" est constitué de hauts fonctionnaires (cas du CEA), c'est l'Etat qui est son bailleur de fonds et son donneur d'ordre. Le "lobby", en l'espèce, est alors plus dépendant de la puissance publique, qui décide de son budget, de ses lieux d'implantation, de son programme d'activité, et indirectement de ses effectifs, que la puissance publique n'est dépendante du "lobby". En outre, autant il est juridiquement facile, pour une société privée, de créer une coquille dans les Iles Caïman pour alimenter quelques comptes bancaires discrets qui permettront de disposer d'arguments très "convaincants", autant détourner des fonds avec la comptabilité publique, ce n'est pas facile !

Il n'y a donc pas de "lobby" nucléaire au sens où cette expression s'emploie habituellement. Il existe par contre, de manière incontestable, une technostructure, composée de fonctionnaires ayant un esprit de corps certain. Mais cet esprit de corps existe aussi à la SNCF ou chez les médecins : faut-il supprimer les trains parce que nous ne supportons pas "l'esprit de corps" des cheminots et les grèves qui en découlent parfois ? Faut-il supprimer les soins pour éradiquer "l'esprit de corps" des médecins qui en sont chargés ?

Ensuite il y a deux filières relativement distinctes dans le domaine nucléaire :

celle des applications militaires, qui est effectivement assez peu communicante, mais ils sont payés pour ! Les avionneurs de la défense, les fabricants de chars d'assaut ou, avant leur interdiction, de mines anti-personnel ne sont guère plus prompts à venir parler de ce qu'ils font sur la place publique.

celle des applications civiles, qui ne sont pas particulièrement "opaques": EDF ou Areva sont soumis à des obligations de communication de multiples résultats de mesures physiques, qui viennent s'ajouter aux mesures habituelles de contrôle financier, rendant la connaissance de ce qui s'y passe dans la norme de ce qui est connu ailleurs, voire au-dessus. Là encore, c'est la comparaison qui est seule pertinente : est-on bien mieux renseigné sur ce qui se passe au sein des compagnies pétrolières, qui, en caricaturant à peine, ont parfois fait et défait des gouvernements africains ou, comme aux Etats-Unis, largement contribué à inspirer la politique énergétique du pays ?

Les régimes qui prospèrent grâce à l'argent du pétrole (Arabie Saoudite, Emirats divers, Iran, Irak, Russie, Lybie, Algérie...) sont-ils des modèles de transparence et de démocratie ? En conduisant en voiture, nous finançons indirectement des coupeurs de mains ou de têtes, des lapideurs de femmes adultères, et la mafia russe : est-ce tellement mieux que de financer les salaires de quelques employés français qui, le plus souvent, sont des fonctionnaires parfaitement fréquentables ? En France, le ministre chargé de l'énergie dicte-t-il réellement sa volonté à la première compagnie pétrolière du pays, dont il me semble avoir aperçu plus souvent le nom à la rubrique judiciaire des journaux que celui du CEA ?

 

Le démantèlement va coûter une fortune

Qu'est-ce que démanteler un centrale nucléaire ? C'est simplement la "retourner au gazon" une fois qu'elle a terminé son existence, après quelques dizaines d'années de service en général. Il s'agit donc de déconstruire une installation industrielle, avec cette particularité que certaines pièces, manipulables sans précautions particulières au moment de la construction, sont devenues radioactives au moment de la déconstruction, et doivent faire l'objet de précautions particulières, soit pendant la déconstruction, soit pour l'entreposage ensuite.

Pour les matériaux qui sont devenus radioactifs parce qu'ils ont été soumis à flux de neutrons provenant de la fission, on dit qu'ils ont été "activés", c'est-à-dire que l'absorption de neutrons par les noyaux de ces matériaux a rendu lesdits noyaux instables, et donc radioactifs.

Mais cette activation ne concerne que les composants qui ont été en contact direct avec la réaction de fission. Une large partie de la centrale n'est pas plus radioactive à la fin de sa vie qu'au début, comme ce qui se trouve dans les bâtiments annexes (salle de commande, bâtiment où sont les alternateurs, bâtiments renfermant les auxiliaires, bâtiments de vie, etc). Seul une partie de ce qui se trouve à l'intérieur de l'enceinte de confinement demande des précautions particulières.

L'essentiel de ces "éléments d'activation" sont à durée de vie relativement courte, de telle sorte que le coût du démantèlement va fortement dépendre du temps que l'on laisse passer entre la fin d'exploitation de la centrale et le début de la déconstruction :

Si le délai est très court, par exemple parce que l'on est pressé de récupérer l'emplacement exact où se trouvait le réacteur, il faut travailler en univers encore fortement radioactif à l'intérieur de la cuve. Il faut alors envoyer des robots, ou des travailleurs équipés de manière spéciale, avec des durées de présence courtes (pour éviter une exposition cumulée qui aille au-delà des normes sanitaires), et par ailleurs prendre plus de précautions pour l'entreposage des composants issus de la déconstruction, ce qui évidemment augmente beaucoup le coût.

Si le délai est long (typiquement une décennie ou plus), alors un large partie de la radioactivité a été évacuée, et les opérations se font dans un univers beaucoup moins contraignant.

Dans un cas comme dans l'autre, les opérations de démantèlement ne sont pas très compliquées : on envoie une escouade avec des chalumeaux et des scies diamantées, et on découpe. Ce n'est pas plus compliqué que de démanteler une raffinerie.... et pas plus cher. Dans un cas comme dans l'autre, il faut compter 15% à 20% du coût de construction (dépollution du sol compris dans le cas d'une raffinerie). Pour un réacteur de 1000 MW, qui coûte environ 3 milliards d'euros, le démantèlement représente 15%, soit environ 500 millions d'euros. Rapportée à la production totale, qui est de 280 TWh environ (à raison de 7000 heures de production par an sur 40 ans), cela représente 2 euros par MWh (ce même MWh se vend une centaine d'euros au particulier). Quand bien même "on" se serait trompé d'un facteur 3 sur le coût du démantèlement, cela ne change pas beaucoup le cout final du kWh électrique.

De nombreuses installations sont en cours de démantèlement ou ont été complètement démantelées dans le monde. En France, il y a plusieurs réacteurs industriels en cours de démantèlement (deux à Saint Laurent des Eaux, de la filière graphite-gaz, arrêtés en 1990 ; un à Brennilis, en Bretagne, arrêté plus tôt), mais il y a aussi eu des démantèlements de réacteurs de recherche, qui peuvent s'apparenter à des démantèlements de réacteurs industriels, car le flux neutronique y a été aussi important.

Aux USA, plusieurs sites ont été "rendus au gazon", et aujourd'hui ce sont tout simplement des exploitations agricoles qui occupent le terrain (sans problème particulier).

 

En guise de conclusion...

Le lecteur l'aura compris : ici comme ailleurs, rien n'est simple ! Je ne dis pas que le nucléaire civil, c'est Alice au pays des Merveilles, et, surtout, je ne prétends pas - et ne prétendrai jamais - que de mettre du nucléaire partout est la seule solution à tous nos problèmes énergétiques. Mais il n'y a que la comparaison qui vaille, et, pour produire une quantité d'énergie significative, nombre des alternatives "classiques" (gaz, pétrole, charbon, grande hydraulique), ou renouvelables "modernes" (éolien de masse, ou biocarburants, par exemple), présentent plutôt plus d'inconvénients que le nucléaire civil, et c'est aussi l'avis... des médecins.

Morts par TWh électrique (et émissions de CO2 par kWh électrique) pour les divers modes de production électrique en Europe, hors prise en compte de la mortalité induite par le changement climatique. Surprise : le nucléaire - accidents compris - est bien moins dangereux que les modes concurrents (éolien et PV étant des modes "partiels", il faut raisonner éolien+gaz en pratique).

Source : Electricity generation and health, Anil Markandya &Paul Wilkinson, The Lancet, 2007; 370: 979–90. (NB : The Lancet est la revue de référence en médecine, un peu comme Science dans le domaine des sciences physiques).

 

Dans un monde où nous accepterions de limiter notre consommation d'énergie, ce qui me paraît assez indispensable si nous voulons éviter de gros ennuis un jour, produire cette énergie résiduelle en incluant du nucléaire me semble parfaitement recevable.

Mais, encore une fois, il ne suffirait pas de tout miser sur le nucléaire pour "sortir du fossile", c'est-à-dire arrêter la consommation de masse de ces combustibles éponymes. Y parvenir nécessite de recourir à la fois aux économies d'énergie (avant tout) ET au nucléaire ET aux renouvelables, notamment le solaire et la biomasse, sans négliger aucune marge de manoeuvre : devant une menace telle qu'un "choc climatique", pouvant déstabiliser la biosphère dans son ensemble, est-ce de bon ton de faire la fine bouche devant un élément de solution au motif qu'il présente quelques risques, alors qu'ils sont secondaires devant ceux qu'il permettrait d'éviter ? En clair, jusqu'où pouvons nous refuser de hiérarchiser les risques ?

Que l'on ait été anti-nucléaire en 1970, non seulement je peux parfaitement le comprendre, mais dans le contexte de l'époque c'était au contraire assez logique pour qui se préoccupait de l'avenir de la planète :

les essais militaires atmosphériques battaient leur plein : le nucléaire s'est d'abord illustré aux yeux du grand public de cette manière là, ce qui a probablement contribué - avec raison - à lui donner une mauvaise "image de marque" (incidemment l'opposition de Greenpeace au nucléaire est née avec la lutte contre les essais militaires), mais mon propos ne porte que sur le nucléaire civil,

la technologie civile était récente, donc on ne disposait pas de recul pour juger de ses effets sur les populations,

enfin c'était l'époque où les angoisses pour l'avenir de l'environnement ont connu un paroxysme (naissance de l'écologie "politique", par exemple avec la candidature de Dumont, craintes du Club de Rome avec son fameux rapport sur les ennuis futurs venant de la "croissance", etc) et toute technologie permettant de faire "plus" et non pas "autrement" était alors l'objet de vives critiques. Incidemment, le fait que les craintes du Club de Rome ne se soient pas encore matérialisées de manière dramatique ne permet pas de dire qu'elles seront à jamais infondées : bien évidemment, notre civilisation est mortelle, et la bonne question est juste de savoir si notre comportement actuel nous hâte significativement vers sa fin ou pas.

Mais que l'on refuse au 21è siècle toute idée de nucléaire civil pour lutter contre des menaces bien plus ennuyeuses (changement climatique, troubles géopolitiques liés à l'énergie fossile) que celles liées aux déchets ou à la possibilité d'un accident majeur de centrale, cela me semble désormais relever d'un choix sentimental et non découler d'un raisonnement "rationnel". Ce n'est bien sûr pas illégitime de faire des choix purement sentimentaux (j'en fais tous les jours : je n'ai jamais cherché à justifier par des choix rationnels mon amour de la couleur bleue ou de mes enfants), mais il est alors honnête de le reconnaître et de le dire, ce qui est rarement le cas pour le sujet évoqué ci-dessus.

Retour à l'index
Retour vers le haut de la page