La lune

Manicore

Documentation > Publications > L'Avenir Climatique : entretiens > Entretien paru dans "Le Parisien" en mars 2002

Entretien paru dans "Le Parisien" en mars 2002

 

site de l'auteur : www.manicore.com - contacter l'auteur : jean-marc@manicore.com

***

NB1 : j'ai rectifié les coquilles

NB2 : Je n'ai pas pu me relire avant parution. Il n'y a pas de contre-sens, mais j'aurais très certainement souhaité apporter quelques petites nuances ici et là !

***

Propos recueillis par Charles de Saint Sauveur.

***

Ingénieur, ancien élève de l'Ecole polytechnique, Jean-Marc Jancovici est l'auteur de "l'Avenir climatique", où il s'interroge sur les bouleversements climatiques liés aux effets de l'activité humaine.

 

Les phénomènes observés aux pôles sont-ils liés au réchauffement climatique ?

Jean-Marc Jancovici : Les spécialistes nous disent qu'il y a toujours eu des détachements de blocs de glace en Antarctique, mais le rythme s'est considérablement accéléré. Ce lien est donc une hypothèse très probable puisqu'on sait que les émissions de gaz à effet de serre modifient le climat. En revanche, on ne sait pas comment.

[NB : il manque un "exactement" à la fin de la dernière phrase, car on a quand même quelques idées sur la question !]

 

Quelles sont les principales conséquences pour la Terre ?

L'augmentation de la température sera probablement à l'origine d'épisodes pluvieux plus intenses, de sécheresse estivale dans des zones comme l'Europe, d'ouragans plus violents en zone tropicale, d'une augmentation du niveau de la mer du fait de la dilatation de l'eau...Si le monde continue sur les bases actuelles, la température globale pourrait augmenter d'environ 5°C, ce qui est extrêmement brutal. Nous allons vivre une révolution climatique sans précédent !

 

Que peut-on craindre d'ici à un siècle ?

On peut déjà envisager un risque significatif de disparition de certains écosystèmes, l'élargissement vers le nord des zones endémiques où se transmettent des maladies comme le paludisme. Pis encore : les courants océaniques : leur circulation risque à terme d'être gravement déstabilisée par le détachement d'icebergs ou l'augmentation des pluies sur l'Atlantique nord. Ce scénario serait catastrophique car il impliquerait un apauvrissement de la vie maritime et un bouleversement de la répartition des climats.

 

Est-il déjà trop tard pour inverser le phénomène ?

Oui, maison peut encore atténuer l'ampleur des changements. Pour cela, il faudrait moins rouler, moins se chauffer, manger moins de viande... Les gens ignorent à quel point toutes nos activités quotidiennes produisent des gaz à effet de serre. Ce qu'il faudrait, c'est diviser ces émissions mondiales par deux ou trois. Or elles continuent d'augmenter de 2 à 3% par an. La prise de conscience des citoyens ne se fera sans doute pas avant une crise. Si on attend de voir, on a déjà perdu.

 

 

Retour au sommaire de l'ouvrage
Retour vers le haut de la page