La lune

Manicore

Documentation > Publications > Le Plein SVP ! > Vous avez aimé Le Plein SVP ? Proposez-en la lecture !

Vous avez aimé Le Plein s'il Vous Plait ? Proposez-en la lecture !

mars 2006

site de l'auteur : www.manicore.com - contacter l'auteur : jean-marc@manicore.com

***

C'est bien évidemment un motif de grande fierté, ou de grand espoir, au choix : je reçois de plus en plus de messages de personnes qui me demandant comment elles pourraient aider à ce que le défi énergétique et climatique soit mieux connu autour d'elles, mieux pris en compte par les media, par la classe politique, et tout bêtement par chacun d'entre nous. Certaines d'entre elles - au fou ! - sont même d'accord avec la solution proposée dans "Le Plein s'il vous plait", et vont jusqu'à m'indiquer qu'elles vont essayer de faire lire le livre au maximum autour d'elles.

Comme ce serait un crime de lèse-je ne sais pas quoi de laisser tant de bonne volonté inemployée, j'ai décidé de dédier cette petite page à ces individus bénis entre tous, pour leur faire quelques suggestions - tirées de ma maigre expérience - pour rendre leur action la plus efficace possible. Si vous pensez que notre raisonnement "pleinesque" mérite d'être soumis au jugement du plus grand nombre de lecteurs possibles, cette page est donc pour vous !

Il y a à la fois des considérations de forme et de fond, en commencant par les secondes, c'est-à-dire "que conseiller exactement", dans la limite de ce que je me sens en droit de conseiller à autrui sur ce qu'il doit penser ou dire, bien sûr. C'est plutôt un retour d'expérience sur ce que j'ai vu comme effets en fonction de la méthode employée, et les conclusions que j'en tire.

***

 

Que dire exactement, donc, pour susciter l'envie de lire ce livre ?

Nous sommes bien d'accord : dans ce qui figure ci-dessous je ne sortirai pas du registre de la recette de cuisine, c'est-à-dire des effets constatés - et parfois non désirés - de telle ou telle manière de s'y prendre pour parvenir au "résultat souhaité".

L'effet désiré, quant à lui, il se résume à une chose : déclencher l'envie de lire ce livre chez un certain nombre de gens, en espérant simplement que cela va les amener à se poser des questions qu'ils ne se posaient pas avant. S'il faut être convaincu par avance des conclusions avant d'acheter notre prose, il est évident que peu de gens vont se précipiter, puisque 85% de la population est aujourd'hui opposée à la hausse de la fiscalité sur l'énergie. En outre, dire à quelqu'un qu'on lui conseille une lecture parce que l'on est sûr qu'il va changer d'avis après, cela équivaut parfois à lui dire qu'il était un parfait crétin jusqu'à maintenant.... avis que personne n'a envie d'entendre, pas plus vous et moi que quiconque !

Pour que "quelqu'un" achète notre livre, les arguments qui portent seront donc de l'ordre de "l'absence de regret" et du plaisir de lire, et pas du tout liés au fond :

Celui ou celle que vous cherchez à convaincre doit donc penser qu'il ne perdra ni son temps ni son argent en faisant l'emplette de notre prose, et qu'il y trouvera des angles de vue qui l'intéresseront même - voire surtout ! - s'il(elle) n'est pas d'accord avec nous en sortie. Il faut donc le convaincre que celles et ceux qui se sont risqué(e)s à la lecture ne l'ont pas regretté, quoi qu'ils pensent en entrée et en sortie, et je dirais que c'est "presque tout" !

Dans cet esprit, les commentaires de lecture pèseront de tout leur poids, qu'ils viennent de journalistes, ou de "simples lecteurs" (qui sont ceux pour lesquels nous avons écrit le livre, ne l'oublions pas), En liaison avec l'argument précédent, il est possible de faire remarquer que l'avis sur notre proposition de ceux qui en ont juste "entendu parler" sans avoir lu le livre est presque unanimement négatif (cela s'observe par exemple sur les forums, qui il est vrai surreprésentent les rouspéteurs professionnels, quel que soit le sujet abordé), alors que l'avis de ceux qui se sont risqués à la lecture est presque unanimement.... positif.

Même pour les gens déjà à moitié convaincus, avancer que les conclusions plairont au lecteur ou à la lectrice est un argument à double tranchant : cela pousse à engager la discussion sur le fond avant que l'interlocuteur n'ait l'ensemble des informations qui ont motivé notre conclusion, et cela amène parfois à l'effet exactement inverse de celui recherché, car au premier motif d'achoppement (on peut être en désaccord sur 10% même si on est d'accord sur tout le reste) la partie est perdue.

Je suis donc tenté de penser qu'il est primordial d'insister sur le fait que le lecteur ou la lectrice restera totalement libre de son opinion après lecture, et que personne ne lui en voudra si il ou elle n'est pas convaincu(e), mais que par contre il ou elle passera un agréable moment, et c'est tout ce qui compte !

Dans cet esprit, il y a peut-être encore plus important que le fond, c'est la forme, et c'est bien à dessein que nous avons fait un livre un peu "provoc" et avec des blagues ici et là. La gravité du sujet nous a semblé justifier ce traitement "léger", et si certaines expressions vous ont fait (sou)rire, rien n'interdit de le souligner abondamment... Conseiller quelque chose qui vous a fait rire, cela vous vaudra rarement des rancunes tenaces !

***

 

Suggestions d'actions (sur la forme)

Ca y est, vous êtes convaincu(e)(s) que le bien-être de la planète ira croissant avec le nombre d'exemplaires du "Plein" dont vous susciterez l'achat. Que faire ? Tout est question du temps et du budget que vous souhaitez y consacrer. Sans qu'il me soit très facile de hiérarchiser les diverses suggestions ci-dessous, voici un vaste bric-à-brac des possibilités :

Vous pouvez conseiller la lecture de notre ouvrage sur votre blog, si vous en avez un, et sur le blog de tous les autres, dès lors que la fonction "répondre" y existe. C'est faire le coucou, en mettant ses oeufs dans le nid d'autrui ? Certes un peu, mais après tout la fonction "répondre" d'un blog est un peu prévue pour cela ! En outre, les propriétaires des blogs les plus visibles (blogs de politiques connus, de "semi-politiques" comme Michel-Edouard Leclerc, etc) sont aussi des coucous à leur manière, en s'invitant tous les jours dans notre nid à nous via la télévision. Plus le blog est consulté (les statistiques apparaissent souvent), et plus l'oeuf que vous y pondrez sera vu... Pour les grands militants qui liront ceci, n'oubliez pas que le but du jeu est de susciter la curiosité pour un ouvrage, pas de "baffer" l'opposant qui ne pense pas comme vous !

Vous pouvez recommander cette saine lecture sur un forum (notamment ceux très regardés : grands journaux, grandes chaines de télévision, partis politiques...), ou sur une liste de diffusion, avec les mêmes considérations que ci-dessus sur le ton, car vous répondrez souvent à des gens ayant des avis négatifs très tranchés.

il est bien sûr possible de recommander cette saine lecture dans une revue d'anciens élèves, une revue professionnelle, via le courrier des lecteurs d'un journal, bref tout endroit où vous avez le droit de faire part de votre avis sur tout et n'importe quoi. Pour ce qui est du journal grand public, n'ayez pas peur d'être le 10è à écrire pour dire tout le bien que vous pensez de ce livre : pour savoir un peu comment fonctionne un media, plus vous écrivez nombreux, et plus la probabilité qu'il se passe "quelque chose" dans le media considéré augmente,

plus ambitieux, vous pouvez écrire à tout journaliste pour lui recommander la lecture de notre prose, quand bien même le journaliste parle de nourriture, de logement, de politique, de commerce extérieur, d'aménagement du territoire ou de n'importe quoi, puisque tout cela consomme de l'énergie et engendre des émissions de gaz à effet de serre, et que tout plan pour l'avenir, y compris pour les retraites et l'agriculture, et quand bien même il a été régulièrement voté par la représentation nationale, devra respecter la loi de conservation de l'énergie....

variante du cas précédent, encore plus culottée, pour petit gain au loto : vous achetez vous-même l'exemplaire dont vous conseillez la lecture au journaliste, et vous le lui envoyez avec un petit mot d'accompagnement (j'ai déjà vu faire). Il faut savoir qu'un journaliste qui dit du bien - ou du mal, c'est presque pareil question ventes - d'un livre, cela signifie tout de suite quelques dizaines à quelques dizaines de milliers d'exemplaires en plus.

variante du précédent, avec gros gain au loto : achetez1.000 exemplaires du bouquin (le Seuil fait des prix en pareil cas) et offrez-en un par journaliste de quotidien national, et un par journaliste de radio et de télé ! En outre cela fera immédiatement apparaître le livre dans les classements de type "meilleures ventes", et comme le succès vole au secours de la victoire....

vous pouvez écrire à votre maire, avec la variante petit gain au loto (vous lui envoyez l'exemplaire dédicacé), pour lui conseiller cette saine lecture. L'exercice peut aussi se pratiquer avec les députés, les ministres, les hauts fonctionnaires, les fonctionnaires internationaux, les fonctionnaires d'ambassade, etc Si M. Lamy ou M. Barroso - les deux parlent français - le reçoivent 55 fois ca finira peut-être par produire un effet !

vous pouvez... l'offrir à la bibliothèque municipale, ce qui suppose donc un petit gain au loto (suggestion d'un de mes lecteurs !). Apparemment, la majorité des petites bibliothèques ont peu de moyens pour s'offrir des livres neufs, et ces derniers sont donc assez lus,

Vous êtes cadre d'entreprise ou directeur d'établissement d'enseignement ? Vous pouvez acheter une pile que vous laissez à l'entrée du restaurant d'entreprise, ou bien... obliger les étudiants à l'acheter pour le leur faire commenter ensuite ! La probabilité que les étudiants d'aujourd'hui échappent aux problèmes que nous évoquons - et donc qu'ils n'aient pas d'avis sur la solution - ne semble pas très élevée...

 

Tout est noté ? Alors à vos marques, prêts, partez ! Et j'allais oublier : si vous êtes réellement convaincu, vous avez bien sûr le droit de faire circuler cette page le plus possible, pour donner le mode d'emploi aux autres....

 

Retour à la page du Plein
Retour vers le haut de la page